Faut-il que tous les livres soient numérisés ?

15 contributions / 0 nouveau(x)
Dernière contribution
Portrait de zeshadok
A rejoint: 01/01/2006
Ville: Périgueux, Dordogne, France
Faut-il que tous les livres soient numérisés ?

Bonjour,

On vient de me repasser le lien de la bibliothèque numérique mondiale :
http://www.wdl.org/fr/
Cela me fait repenser au projet de Google Recherche de Livres et à toutes les bibliothèques qui mettent en ligne leurs ressources, avec plus ou moins de lisibilité, d'ergonomie et de qualité d'images.
Faut-il que tous les livres soient numérisés ?

D'un côté, la fabuleuse opportunité de consulter des ouvrages de chez soi sans se déplacer, sans formalité, un accès libre à des documents parfois inconsultables : c'est formidable comme ressource et comme sauvegarde du patrimoine de l'écrit mondial. Et de l'autre, une masse telle que l'on ne peut que se noyer, une démarche qui ne concerne aussi que quelques cultures. et encore les cotes bibliothécaire, a comprend pô moi...
L'utilisateur lamba que je suis a besoin de repère, de guide, pour savoir trouver...
Assistons-nous à la même démarche que la vulgarisation du savoir suite à cette révolution qu'a été l'imprimerie en son temps ?
Je vous propose d'échanger vos avis sur cette petite réflexion du moment Smile

Portrait de Arpège
A rejoint: 30/04/2006
Ville: Le Havre

J'ai déjà expérimenté la lecture de livres sur Internet par le biais de Gallica,
le site qui propose les collections numérisées de la Bibliothèque Nationale de France.

J'ai pu découvrir des vieux romans ou pièces de théâtre
qui ne sont pas édités dans le commerce. Mais les points faibles ca fatigue les yeux, c'est pas très pratique car il faut l'ordinateur...

Quant à numériser tous les livres,
pour les plus les récents se pose le problème des droits d'auteur, ce qui fait qu'on ne peut accéder qu'à une petite partie du contenu comme sur Google recherche de livres
Peut-être que bientôt on pourra télécharger les nouveaux livres (légalement) comme les musiques

Vulgarisation du savoir, je ne sais pas, pas dans l'immédiat à mon avis
Ce dont je suis sûre c'est que la numérisation peut se révéler très utile pour les chercheurs, parole d'étudiante

Portrait de C°rineKe
A rejoint: 09/08/2008
Ville: Nord de France, Pas bien loin de la Belgique ...

Je trouve aussi que pour les recherches, c'est un progrès: même s'il était bien agréable d'aller se balader aux 4 coins de la France pour consulter un seul livre rare dans une bibliothèque ... Ca prenait du temps et aussi beaucoup d'argent!
(j'étais une étudiante fauchée  )
C'est vrai que ce n'est pas pratique, sur l'écran, mais pour moi, c'est mieux que rien du tout
Et puis, l'avoir sur l'écran, ça permet de sélectionner de suite un passage, se l'approprier direct (voire, le mettre en fond d'écran...)
Chose que je ne fais pas avec mes beaux vieux livres puisque je n'ose pas les plier pour les faire rentrer dans le scanner!
(Et puis je n'en ai pas tant que ça...)
Ensuite, un peu de zoom, on découvre plein de trucs...
Oui, pour moi, c'est assez magique!!!!

Goûter l'écho des lumières... Ecouter la chaleur du noir

Portrait de zeshadok
A rejoint: 01/01/2006
Ville: Périgueux, Dordogne, France

ce que je me dit, c'est que s'il fallait faire une sélection des œuvres à numériser, cela induirait un système centralisé, un accord unilatéral sur les droits, et surtout : qui pourrait se donner la légitimité de dire "ça oui, ça non" ?

Portrait de gorlim
A rejoint: 09/06/2004
Ville: tra la perduta gente

Salut,
Pour répondre à la première question : oui, numérisons tout et numérisons bien.
Bien numériser devant s'entendre dans le sens de numériser en mode texte et non pas image les parutions imprimées pour que l'on puisse faire des recherches dans les textes. Il n'y a rien de plus frustrant à mon sens qu'un bouquin numérisé en mode image, on ne peut pas en indexer le contenu et il reste donc quasi inutilisable à moins de l'imprimer ou de le lire intégralement sur écran.
Bien sur, pour les manuscrits, la question n'est pas la même, le mode texte est difficilement réalisable et le principal intérêt est (pour nous autres calligraphes) de pouvoir accéder à des reproductions reproduisant fidèlement les originaux.
A ce propos, je trouve malheureux que les bases de données disponibles au grand public ne proposent souvent que des reproductions partielles (souvent les enluminures et pas ou peu de texte) sans parler de la qualité des images qui n'est souvent pas à la hauteur (un exemple : liberfloridus, un contre-exemple : la bibliothèque d'Oxford)

Pour répondre à la deuxième question (celle de la sélection), je crains que le débat ne soit déjà dépassé. Les bibliothèques sélectionnent déjà les ouvrages qui entrent dans leurs rayons, cette sélection est à la discrétion des bibliothécaires et je ne vois pas comment ni pourquoi la numérisation échapperait à ce mécanisme.
L'accord plurilatéral sur les droits est une chimère dans l'état actuel des législations, il faudrait commencer par harmoniser tous les règlements à l'échelle mondiale et là je dis ahahahahah
On peut déplorer la chose (sélection et droits hétérogènes) mais s'indigner ne changera sans doute pas la situation d'un iota.

Portrait de zagriff
A rejoint: 31/05/2008
Ville: Direction Sud-Est sur la boussole suivez le mistral ...

les bibliothèques font déjà cette sélection d'ouvrage à disposition du public !!
Ca me fais penser au film au nom de la rose.

Alors si on considère que internet peut être une "ouverture" sur la culture on ne devrait pas faire de choix, mais "tout" et "bien" d'un coup ca tient d'un challenge sans nom...Alors qui choisira lesquels ? le CSA ?? on pourra tout aussi bien créer une commission (encore une) pour, comme un comité de lecture, déterminer les ouvrages à mettre à disposition par ce processus .. et dans mille ans je crains que l'avancée ne sois pas flambante
Je répondrai spontanément les ouvrages rares et fragiles d'abord
Je suis d'accord sur la méthodologie aussi scanner sous forme d'image n'a pas un grand intérêt dans le cadre de recherches.

Quant au format lire sur un écran d'ordi .. bof bof
Une fois j'ai vu un reportage sur un ordinateur de la taille d'un petit bouquin sur lequel on pouvait lire un livre de 1.000 pages
pour moi un livre c'est un objet qu'on traine partout, il y a un coté tactile très présent et l'ambiance bibliothèque c'est quelque chose aussi (idem pour les rayons de n'importe quel magasin qui vend des livres)

Hélas s'indigner ne change parfois rien dans beaucoup de domaine, la résignation permettra que tout arrive et qu'on trouve ca "normal" (le travail de sappe a commencé il y a longtemps mais c'est un travail de longue haleine) - fin de la disgression....

Portrait de Maybe
A rejoint: 08/06/2008
Ville: NICE

La numérisation : je trouve que c'est une bonne idée.

Imaginez un peu : je suis allée consulter de très vieux manuscrits dans une biblio à vocation régionale : oh surprise, un pauvre livre d'heures enluminé complètement découpaillé dans tous les sens à l'intérieur.
Plus de lettre sur une page, plus de bordure (en plus découpée dans le sens et tout) : un vrai travail de sabotage.

Pour cela, oui, je suis pour la numérisation des ouvrages : plus d'aléas de conservation dûs au fait de l'homme ou de la nature. Actuellement, je suis à la recherche d'antiphonaire enluminé illustré : sur le site base-enluminure. Là, je fais ma recherche par mot clé : c'est on ne peut plus pratique (je n'ai pas encore trouvé le modèle que je souhaite !).

Pour l'avenir du livre numérique : j'aime aussi avoir le contact du livre et faire mes annotations dans la marge ! Donc, là, je serais plutôt "traditionnelle" !

Portrait de gorlim
A rejoint: 09/06/2004
Ville: tra la perduta gente

Maybe a écrit: Pour cela, oui, je suis pour la numérisation des ouvrages : plus d'aléas de conservation dûs au fait de l'homme ou de la nature.

Malheureusement, la numérisation pose les mêmes problèmes de conservation de l'information. Les supports et les formats de stockage évoluent rapidement et le coût de portage de l'information numérisée d'un support/format à l'autre est très élevé.
Je ne suis pas du tout sûr que par ce biais on conserve mieux et plus longtemps l'information à moyen/long terme.
Ce qui est sur c'est que ça améliore grandement l'accessibilité des documents et rien que ça justifie les efforts faits en ce sens.

Maybe a écrit: Pour l'avenir du livre numérique : j'aime aussi avoir le contact du livre et faire mes annotations dans la marge ! Donc, là, je serais plutôt "traditionnelle" !

Pareil ! Rien ne vaut le contact d'un vrai livre en vrai papier pour la lecture.

Portrait de Maybe
A rejoint: 08/06/2008
Ville: NICE

C'est en fait plus pour l'accès facile (et sans déplacement !?) que l'idée du numérique me semble valable.

Serait-un peu comme l'argentique et le numérique ?

Portrait de zeshadok
A rejoint: 01/01/2006
Ville: Périgueux, Dordogne, France

Je pense qu'actuellement, l'urgence est au scanner... Après, traduire en version-texte sera plus facile car accessible à plus de monde. Et là, ce sera top de chez top ! Smile

Portrait de Zack
A rejoint: 15/04/2006
Ville: Aubervilliers 93

Je suis grand amateur de livres (j'en arrive à me priver pour m'offrir un beau livre, ça ne me gène pas du tout!), aussi la numérisation... Je pense comme pas mal ici: tant que l'on ne pourra pas faire de recherche dans les textes ou les images, pour moi ce n'est pas valable.

D'autre part lire sur un écran, mis à par le manque d'habitude et la fatigue visuelle, il me manque trop de choses, l'odeur du papier et de l'encre, le froissement quand je tourne une page, la typo, le poids du livre, bref tout un tas de sensations que mon ordi ne me donne pas et ça, ces sensations, ça fait quand même partie du plaisir de lire.

De plus numériser de très vieux manuscrits (qui veut faire ça avec les manuscrits de la mer Morte? en fait ça a été fait, imaginez le travail!, mais réservé aux chercheurs.), est loin d'être évident, et je comprends les conservateurs de ces vieux ouvrages qui ont survécu aux siècles! Déjà qu'on leur "suggérait" de laisser faire des micro-prélèvements des encres et des couleurs pour les analyser... Horreur et damnation!  , ils ont refusé tout net d'écouter leurs interlocuteurs (du CNRS pourtant!) tenter de leur expliquer. Sacrilège!

Mais de par le fait, numériser ces ouvrages antiques, permettrait de les mettre à l'abri et ainsi de les conserver longtemps.

Seulement voila, reste à trouver comment, sans abîmer.

Par contre, je suis d'accord pour ce qui est de rechercher des livres ou des manuscrits rares (ce n'est pas demain qu'on me prêtera le Livre de Kells!) c'est vraiment pratique: on peut consulter n'importe quelle bibliothèque dans le monde sans bouger de chez soi (très utile pour moi) et ça, je trouve ça fabuleux.

Portrait de Anonyme
Anonyme (non vérifié)

Zack a écrit:
Mais de par le fait, numériser ces ouvrages antiques, permettrait de les mettre à l'abri et ainsi de les conserver longtemps.

Avec le b-mol émis par Gorlim. Nombre de personnes sont tombées des nues quand ils ont appris que le support cd-rom, par exemple, n'avait une durée de vie que de 10 ans !

Portrait de Zack
A rejoint: 15/04/2006
Ville: Aubervilliers 93

Rien n'est éternel...  Sauf peut-être la présomption des techniciens sur leurs sujets favoris!

J'ai des cd-roms qui ont plus de 10 ans et qui sont impeccables. re-

Portrait de gorlim
A rejoint: 09/06/2004
Ville: tra la perduta gente

Zack a écrit: J'ai des cd-roms qui ont plus de 10 ans et qui sont impeccables. re-

il faut distinguer les CD pressés avec une durée de vie supérieure (les CD originaux de musique ou de jeux par exemples) et les CD gravés qui ont une durée de vie moyenne de 10 ans
moyenne signifiant que en fonction de la qualité du CD et de la gravure, la durée de vie peut aller de une semaine (ça m'est déjà arrivé) à 15 ou 20 ans et c'est la même chose pour les DVD.
un exemple assez parlant de l'obsolescence des supports est la disquette, essayez de trouver un PC neuf en magasin avec un lecteur de disquette, je vous souhaite bien du courage Smile

mais quand on parle de numérisation, on ne parle pas de ce genre de média en général mais de média de stockage de masse, disques durs ou bandes qui ont aussi une durée de vie limitée sans parler des formats de fichier qui évoluent eux aussi.
Je ne sais pas si vous avez idée du temps qu'il faut pour répliquer le contenu de disques de plusieurs téraoctets, la maintenance est presque aussi coûteuse que la numérisation elle-même !

une info récente sur une nouvelle techno pour la numérisation : http://www.pcinpact.com/actu/news/50660-google-numerisation-livres-rapid...

Portrait de Zack
A rejoint: 15/04/2006
Ville: Aubervilliers 93

Ca m'apprendra à lire trop vite: effectivement vous parliez de CD-ROM pas de cd commerciaux! Dont acte!

Une semaine pour un cd-rom, ça laisse rêveur sur la qualité du support.

Oui, je suis, un peu, au courant du temps et du travail que représentent de réplication de quelques teraoctets... ce n'est pas triste et on ne se lance pas là-dedans comme pour une balade printanière!

Merci pour le lien, c'est très intéressant cette technologie là!

J'ai vu numériser des ouvrages extrêmement fragiles, c'est à peine si on ose respirer par peur de les voir tomber en poussière...

D'ailleurs les techniciens portaient des masques chirurgicaux,objets très à la mode en ce moment bien inefficaces pour éviter une épidémie, ça n'arrête pas grand chose, mais pour le travail en question, si.
Sans parler des gants!
Et si par malheur deux pages sont collées entre-elles (cas fréquent avec les très vieux manuscrits) ça devient très... épineux comme boulot.