Antiquité et calligraphie

5 contributions / 0 nouveau(x)
Dernière contribution
Portrait de jean frederic crevon
A rejoint: 11/05/2006
Ville: Toulouse (31)
Antiquité et calligraphie

La calligraphie arabe présente cet intérêt de perpétuer les traditions antiques des écritures méditerranéennes. Au niveau du matériel, le calame est encore l'outil principal chez les calligraphes arabes, alors qu'il est quasiment abandonné par les scribes latins qui en ont perdu l'usage et le savoir-faire. Car il y a une technique, plutôt des techniques, pour manipuler correctement le calame. Son toucher est très différent de celui d'une plume de métal et sans cette connaissance pratique, il n'est pas possible de faire de long traits. Certains rajoutent un réservoir au calame : c'est une hérésie. L'intérêt de ce manque de réserve (par rapport à une plume de métal) est justement qu'il oblige à développer un toucher particulier et une harmonie avec les fibres du roseau. L'adapte du calame a d'ailleurs une relation particulière avec la plante (le roseau), car il observe la nature et les saisons pour choisir les moments les plus favorables pour la cueillette.

La tradition de culture arabe (qui comprend des peuples non-arabes : turcs, persans etc.) est également détentrice des recettes d'encres antiques. Elle ne les a pas inventées, car c'est une civilisation beaucoup plus récente que la civilisation gréco-romaine, mais elle en conserve un souvenir vivant. Les Romains ont commencé à écrire, en empruntant l'alphabet aux Grecs et aux Etrusques, il y a 2600 ans. La première inscription attestée en écriture arabe remonte à 512 de notre ère, soit il y a 1500 ans. Ce sont probablement les anciens Egyptiens qui nous ont transmis les encres antiques. Ils connaissaient deux types d'encres : l'encre au fer (ancêtre de la gallo-ferrique) et l'encre au noir de fumée et probablement la recette qui mélange les deux (encre "arabe" de nos jours). Mais les plus anciennes recettes semblent provenir d'Inde...

Portrait de abutilon
A rejoint: 07/10/2009
Ville: Lampaul-Plouarzel

Je sais que rien ne remplace l'expérience, mais peux-tu donner quelques explications sur le toucher du calame ? C'est un outil que j'ai du mal à investir et tes réflexions sur les longs traits ont éveillé mon intérêt.
Merci d'avance
Abutilon

Portrait de jean frederic crevon
A rejoint: 11/05/2006
Ville: Toulouse (31)

Salut, Elisabeth. Hé bien, cela fait longtemps que je suis tombé dans les roseaux, mais j'en apprend encore!
Le toucher doit être plus léger. Avec une plume de métal, généralement, on la pose d'abord puis on trace ensuite. Avec certaines il faut même exécuter un petit mouvement sur le délié pour faire que l'encre "accroche" avant de tracer (les speed-ball par exemple). Avec le calame, on commence le trait un peu avant que le bec de l'outil ne touche le papier (comme un avion à l'atterrissage) et on appuie juste ce qu'il faut, pas plus (c'est presque pareil qu'avec la plume d'oiseau). Pour la réserve il faut tremper le calame dans l'eau quelques minutes avant de l'utiliser (comme l'éponge, il n'absorbe les liquides que s'il est préalablement humidifié). L'outil doit aussi être impeccable au niveau du bec (la fameuse dernière taille qui doit se faire d'un seul coup sec et bruyant). Il y a enfin une façon de le tenir, en biaisant légèrement. En fait, c'est un tout : apprendre à bien fabriquer l'outil est le point de départ essentiel.

Ce sont les calligraphes arabes qui m'ont donné toutes les clefs pour aborder le calame, je suis heureux de leur rendre hommage. J'ai commencé par observer Salah al Moussaoui. Puis Abdollah Kiaïe a gentiment corrigé la taille de mes premiers calames. Ensuite ce fût au tour de Lasaâd Métoui de me montrer un certain nombre de "trucs". Mais celui qui m'a le plus éveillé au toucher du calame (et aussi le plus célèbre d'entre eux) se prénomme Hassan...

Portrait de Calliscrapcart
A rejoint: 28/12/2003
Ville: 25 km au sud de Paris

Merci également car j'ai de la difficulté à écrire avec le calame. Mon geste est davantage saccadé et pataud qu'avec la plume ou le pinceau par exemple. E ce n'est pas rien ! En conséquence c'est un outil que je ne m'empresse pas d'utiliser de prime abord.

Donc merci pour ces pistes.

Portrait de abutilon
A rejoint: 07/10/2009
Ville: Lampaul-Plouarzel

Bonsoir Jef.
Merci pour cette réponse qui ouvre de nouvelles perspectives.
Je la mets en mémoire.
Bonne soirée