HAÏKU 09 catégorie adultes

7 contributions / 0 nouveau(x)
Dernière contribution
Portrait de jean frederic crevon
A rejoint: 11/05/2006
Ville: Toulouse (31)
HAÏKU 09 catégorie adultes
1
Odeur de jasmin
Deux rouges-gorges amoureux
Au fond du jardin.

2
Ma vie se déroule
Je tiens le bout de son fil
Comme un cerf-volant.

3
Marée haute –
les étoiles de printemps
sortent du sable

4
Un long craquement –
les rames émoussées
par les étoiles d’automne

5
Matin de printemps –
la lumière de l’encre
suit la plume

6
Quel est cet astre ?
Le soleil dans la brume,
Ou lune de jour !

7
Le soleil d’hiver
Ces rayons caressent ma joue
Un oiseau s’envole.

8
Le maître est entré
Les élèves penchés, salut
Dojo silencieux.

9
La nuit est tombée
Une luciole s'allume
Fragile fanal

10
Un cri dans le soir
La chouette du cloche
Le village veille

11
En milliards d'étoiles
L'orient de tes prunelles
Rêve d'infini

12
Le dernier merle
Au bord du toit pentu
Appelle la nuit

13
beaucoup de bleu
à travers du vert tendre
des feuilles

14
début de printemps
des arbres retrouvent leurs feuilles
dans une flaque d'eau

15
dans le cormier
le bruant à couronne blanche
sans abri

16
Loin un chien aboie
Une chouette tournoie
Nuit calme au printemps

17
Cormoran plongeur
À six heures du matin
Bel été enfin

18
Fort en chrysanthèmes
Encombrant cimetières
L’automne s’endort

19
fourré son nez dans
la corolle parfumée
… d’une jonquille

20
tendus vers les cieux
les Rosiers de la Mémoire
un beau jour de mars

21
des petits cuistots
chacun son petit secret –
la crêpe-partie !

22
Quatre vers luisants
déposés sur la vitre
par la lune.

23
Marque pas sur la route
la salamandre
plate, écrasée.

24
Je bats les œufs
on entend la fourchette
qui claque la langue.

25
des grains de beauté
au nombril de la Nature...
îles des Caraïbes

26
après la tempête...
un fermier à genoux
débouche les rigoles

27
des papillons ivres
valsant dans le vent d'été :
beauté passagère

28
Qu'importe l'épice
Joli est le geste d'or
d'agrandir l'espace

29
Pluie d’automne
Les arbres s’égouttent
Rouge et or

30
Derrière la maison
Le romarin du jardin
Flirte le persil

31
Tambours et clairons
Allument les yeux d’enfants
Air de fanfare

32
J’aime l’orange
Couleur, saveur et forme
Pardon la pomme…

33
Tel un funambule
Message entre ciel et terre
Je déploie mes branches

34
Matinée de pluie
Grise zébrure du ciel
Automne doré

35
Visage flétri
Ridules de surface
Voilier figé

36
Lune blafarde
Cristaux de neige en valse
Cocktail glacé

37
Décembre est gisant
Douze coups pour l'achever
Janvier triomphant.

38
Le chant du coucou
A réveillé la campagne
L'écho lui répond.

39
Sous l'arc de Triomphe
L'automne s'est engouffré
La flamme vacille.

40
lendemain de « prom »
sur le tapis au matin
petit cœur de strass

41
la lune se voile –
en panne sur l’autoroute
sans sa p’tite laine

42
abri de la chouette
et repère sur la carte –
l’arbre mort

43
Cerisiers en fleurs
Mariage du soleil
Et la neige en pleurs

44
Dans la nuit d’été
comme des miettes d’étoiles
mille mouches à feu.

45
Ciel lourd et vent cru
l’automne a assez duré
il est temps qu’il neige.

46
Première neige
mince amas de flocons
fondra, fondra pas ?

47
Jardin réveillé
Danse des pétales roses
Enfin cœur léger

48
En coquillage
cadeau bien caché sous l'eau
pour fiançailles

49
Insolite, l'étoile
Tombée sur le macadam...
Une peau de banane !

50
Amoureux tandem
Des senteurs de cyclamen
Le temps du transport

51
Ils cherchent la lune
Je trouve sous le tapis
Une pièce en or

52
La mer plate et sérieuse
le feu du soleil
qui se couche.

53
Lettres en vrac
Mots au bout de lettres
Lettres d’Amour.

54
Le funambule
sur son fil
décroche la lune.

55
Hors du temps
sous son olivier
seul parmi les hommes.

56
tâches noires et lumières
sur le bout de mes doigts
un beau jour

57

La route sinue,
A droite, à gauche - le soleil

Dans les flaques.

58
La danse du papillon
La flèche d'une langue gluante
Et se rendort le caméléon

59
Grondement de l'asphalte
Piquants dérisoires
Le hérisson éclaté sur la route

60
Fissure dans la coquille
La pointe inquiète du bec
Et l'œil vif du poussin

61
Au nord est boudeur
le soleil en érection
fabrique du bleu.

62
Elle me dit maman
le vent chaud sent les algues
nostalgie du Sud.

63
Dans le ventre plein
un cœur dans les entrailles
tombe tragiquement.

64
neige scintillante
autour du réverbère brille
une constellation

65
banc de neige fondu
l’espace de stationnement pousse
l’hiver cède sa place

66
dressé comme une valise
l’avion roule sur le tarmac
en ligne pour décoller

67
Douceur de l'été
Quand la nuit se profile
L'horizon se meurt

68
Rayons printaniers
Encensent l'air tout diapré
l'araignée tisse

69
Des cordes de pluie
En parfaite harmonie
Frappent la tôle

70
Parfums du printemps
se mêlent à la puanteur
des crottes de chien.

71
Elle, enjeu de soi
que de jeux sur île, émoi ...
Elle, en 'je' de soie

72
Venir parcourir
un carnet de voyage
aux sources de ton corps

Portrait de jean frederic crevon
A rejoint: 11/05/2006
Ville: Toulouse (31)

73
Les beignets d'amour
en saveur fleur d'acacia
c'est bigrement bon !

74
Arbre solitaire
survivant d’une hécatombe
à l’ombre, un cheval

75
La cigale est morte
raide mais encore vibrante
de ses chants d’été

76
La marée hésite
entre donner et reprendre
tous ses coquillages

77
Les ombres froides
fuient la chaleur de l'été
elles jouent à cache-cache

78
Parmi les nuages
la lune comme une perle
dans une huître de pluie

79
Coupées en cube
les couleurs de l'été
tombent dans la marmite

80
Au bord de la route
Un héron semble saluer
Les voyageurs d'août

81
La lune, ce soir
Rouge comme le soleil levant
De l'autre matin.

82
Dans l'immense plaine
Rousseur des blés de l'été
Bientôt la moisson.

83
Première hirondelle
Grain de poussière qui virevolte -
Noir et blanc sur fond bleu

84
Giboulées -
Le temps hésite
Pétales arc-en-ciel

85
Je suis né demain
Drapé d’ombre et de lumière
Je tourne, Soleil

86
Après chaque vague
elle rajuste une pièce
de son bikini

87
Source de pierre
Connais-tu
L’apaisement de la soif

88
Entre l’éclair
Et le tonnerre
Une araignée tisse sa toile

89
Délié du geste
Quand il dégrafe
Le corsage des mots

90
Un poisson dévore
la lune dans le bassin
elle me manquera

91
Au fil des jours
la vie se brode
au passé empiétant

92
Les éoliennes
font tourner la terre plus vite
le 1er avril

93
Pulsation électrique
dans les doigts, souvenir
du plaisir

94
Soir d'été
Pluie crépitante Sur la visière
Les moustiques

95
Un escargot lent, lent, lent
Pourquoi se presserait-il ? : Rentrer chez soi ?
Déjà il y est !

96
Le Pékinois me mordille la cheville
Un coup de pied bien ajusté :
« Haï Kaï Kaï Kaï…. »

97
Petite fille
Un matin d’équinoxe éclosent : Deux bourgeons Une fleur :
Petite femme !

98
de la voûte céleste
un doux pinceau de lumière
tableau de maître

99
noirceur d'octobre
la Grande Ourse veille encore
au petit matin

100
un croissant de lune
dans le carreau de la fenêtre
goûter la nuit

101
Au soleil couchant
les vagues de la mer caressent
le creux du rocher

102
Premières gouttes de pluie
font pousser les branches des fleurs
qui cassent sous le vent

103
Retour du printemps
s'ouvrent les cloches des muguets
retour de la chance

104
dans les quenouilles
comme dans mes cils
résine de buée

105
surprotégée
mais ensanglantée
un brûlot dans l’air

106
j’boirais l’étang
pis mes grenouilles
marécageraient

107
Truite qui saute
Dans le torrent qui gronde
trouve la source

108
Un cheval ferré
de plomb chauffé au rouge
… voyage intérieur !

109
Une fleur parfumée, une graine de pavot,
la grâce des souvenirs,
…anesthésie légère !

110
Un pin
un lac
l’érotisme à ma fenêtre !

111
par crise de temps,
même les haïku
sont devenus plus courts

112
j'arrive chez moi
portant sur l'épaule
un papillon mauve

113
le vieux chevalet
peintre vieilli,
la même tzigane

114
Cerisier en fleur
Mon âme cherche ton cœur
Au fil de l'eau coule mes pleurs

115
Tout un dimanche à bailler
Soudain un vol lourd de corneilles
Tant pis

116
Le chien aboie en vain
Quand la caravane passe
Tant mieux pour la puce !

117
Il passe et repasse
Au-dessus des berges endormies
Le héron

118
virage à droite -
un fragment d'arc-en-ciel
entre les immeubles

119
chemin de retour -
la neige fraîche
a comblé mes pas

120
de l'ombre d'un pin
à l'ombre d'un autre pin
le vol du papillon

121
Dans les feuilles sèches
Tout à coup mes pas songeurs
Font un bruit nouveau

122
Celui qui possède
Près de sa maison des arbres
Est un homme heureux

123
Coup d'œil dans le ciel
Fantastique amas neigeux
En boules de nuages

124
et puis
couché sur le compost
ton brin de muguet

125
pieds nus peut-être
fouler cette soie rose
sous l'arbre

126
poisson noir
le pinceau trace
- un pêcheur

127
Prisonnière des branches
la jonquille rayonne
fragile

128
Le papillon sur la rose -
à quoi pense-t-elle
la femme voilée ?

129
Baisers du matin -
des pétales de pivoine
couverts de rosée

130
Première cigarette
Odeur du maquis
Sous les étoiles

131
Givre sur les voitures
Les oiseux pépient
Mes chaussures claquent

132
le pays, l'oseille
les mots, tout m'est étranger
excepté la lune

133
à cor et à cri
après des mois de silence
rainette et grillon

134
j'ai crié ton nom
sur tous les toits mais ce cri
reste sans écho

135
Buée sur le miroir
Parfum de Magnolia
La chaleur m'envahit

136
Paroles forcées
Aucun regret
Souvenirs du passé

137
Amitié lointaine
Message imprégné
L'innocence était nous

138
Quatre heures du matin
Petit cœur bat contre le mien
Premier peau à peau.

139
Parfum de cannelle
Devant le four trois frimousses veillent
Sur la pâte qui lève.

Portrait de jean frederic crevon
A rejoint: 11/05/2006
Ville: Toulouse (31)

140
Bouchée qui croustille
papille qui s'émoustille
trouvant du fondant

141
Mousses et fougères
Calme clos de murs de pierres
Nid et cinq becs jaunes

142
Au fil des ans,
le chant des grillons,
me parait un peu plus nostalgique.

143
Là ou la neige est tombée,
mon cœur y est resté
pour l'éternité.

144
Les coups durs de la vie
sont des trempes,
pour notre âme.

145
Pyrénées à gauche
Cité à droite
il faut regarder la route

146
un arbre ridé
que les années ont courbé -
cris d'enfants au loin

147
cadavres d'insectes
tombés dans le puits
de lumière

Portrait de jean frederic crevon
A rejoint: 11/05/2006
Ville: Toulouse (31)

148
les feuilles sèches au sol
tressautent sous le choc des gouttes
de la pluie d'automne

149
un vase bleu brisé
un bouquet tout desséché
la tombe oubliée

150
du bout de mes doigts
j'appuie sur mes joues sèches
déjà mon squelette !

151
Ah ! Quelle canicule
J’abandonne pour un instant
Mon assiette aux mouches

152
Un peu de sable
Dans les poches d’un jean
Film de vacances !

153
Les enfants sautent
à pieds joints dans les flaques
fin de l’orage

154
Papillon radieux
Firmament d’un court instant
Pourquoi exister ?

155
Plumes sauvages, plumes sages
Jettent encres de vie, d’envie…
Bois édulcoré

156
Pensées vagabondes
Virevoltent en hordes sauvages
Apprivoisent ma plume.

157
la pluie de printemps -
au pied de la haie le chien
pose quelques gouttes

158
tranquille journée
soudain une passante agressée
vaine attente chez elle

159
deux gouttes sur mon bras
pof! pof! méfait accompli
un crapaud s'échappe

160
agitée aujourd'hui
à grand renfort de hautes vagues
comment t'oublier?

161
Suis nyctalope
La lune sur mon chemin
m'a jeté un cil

162
Fière courgette
après avoir perdu fleur
s'est faite phallus

163
Froid matin d'hiver
fument volcans sur le champ
Frais tas de fumier

164
Bain de lumière orangé
au-dessus du gouffre le rebord
de ma fenêtre

165
Le ruisseau chuchote
Son amour à la jacinthe
Friselis sur l’onde

166
Pépiements joyeux
Frémissements dans le lierre
Noces de printemps

167
Appel du coucou
Muguet parfumé d’ivresse
Bois et moi en émoi

168
Ambiance marine
La coque gémit au vent
Cabane dans l'arbre.

169
Ton parfum m'enchante
Pour toi je grimperais haut
Baignais d'acacia.

170
Sangliers de bois
Nés sous l'outil du sculpteur
Autre vie de l'arbre.

Portrait de jean frederic crevon
A rejoint: 11/05/2006
Ville: Toulouse (31)

171
Ni corbeau ni freux
corneille - la différence
c'est son genre à elle

172
L'arbre mutilé
offre à l'œil bouleversé
la métamorphose

173
Rouge le verre
Pied de tulipe
au pied de l'arbre

174
Bien trop lourde
Au bas de ma plume
L'encre s'écrase

175
Soleil bas
Je me détourne
La lune haute

176
Mai blanc et mauve
Fleurs à foison odorantes
Rien que du lilas

177
Tes mains, des oiseaux
qui ont volé si longtemps
sans me retrouver.

178
Il a plu, il pleut,
la pluie aux doigts infimes,
ma peau, tambour crevé.

179
Muet, tu marches,
les collines s’endorment,
la terre est un cercle.

180
longer sur le dos
esprit en méditation
loin de tout le monde

181
la pluie sur ma peau
frissons et chair de poule
le printemps est là

182
cri aigu de femme
corps mou et mou de reptile
peur bleue de serpent

Portrait de jean frederic crevon
A rejoint: 11/05/2006
Ville: Toulouse (31)

183
Plouc!
dans une flaque d’eau
fillette et grand-père

184
à perte de vue
ce rouge coquelicot
11 novembre

185
nuit de deuil
réchauffer mes mains
sur la tasse de thé

186
Enfin la maison -
Sur le toit de la voiture
Du sable d’ailleurs

187
Marée basse -
La barque se repose
D’une nuit de pêche

188
De la neige en Mai !
Délasser ses sandales
Atchoum – atchoum – atch…

189
myosotis en fleurs
un papillon plie et déplie
le silence

190
soir de canicule
une femme voilée court
sous les criquets

191
tourbillon de feuilles
une bourrasque arrache
le reflet d'un arbre

192
l'araignée
dans le coffre à jouets
s'ennuie

193
ses lèvres
sur sa tasse de thé
un baiser

194
sur l'étang
la feuille rouge rejoint
son reflet

195
le chemin de crête
parsemé de fruits sauvages
ses mains en coupe

196
nuit de canicule
passer du lit au hamac
étoiles en veilleuses

197
terrain en jachère
les araignées y squattent
les herbes hautes

198
Paupières alourdies,
rayons de lune sur ta joue,
tendre est la nuit.

199
Odeur de café,
répandu sous la couette
belle matinée.

200
Gamine accroupie,
petite source cristalline,
sourire retrouvé.

Portrait de jean frederic crevon
A rejoint: 11/05/2006
Ville: Toulouse (31)
201
Deux corbeaux se posent
dans le ciel de la marelle.
Une porte claque.

202
Soudain sur la page
Un archipel de taches offre
Un gué à Robinson.

203
Lourds nuages d'encre
Seule la libellule garde
La mémoire du lac.

204
Enfermé dans sa tête
Regarde par la fenêtre
Sa vie

205
Silencieux avenir
Endormi dans l’enfance
De mes sentiments

206
Vingt-quatre paires d’yeux
Fixes vides brillants
Écoutent ma vie

207
premières averses
de la saison cyclonique-
premiers inondés

208
dans la rue déserte
un vieillard boiteux passe
avec son chien

209
nuit pleine de silence
et pourtant le son diffus
des tambours au loin

210
arrêt de l’autobus
foule immense dans la rue-
chien renversé

211
cinq secondes restantes
dernière action de la rencontre-
tir à trois points…

212
recherche sur le net
téléchargement commencé-
coupure du courant

213
Tout est lumière
sous le soleil de plomb
là majestueux un dauphin