Supports autre que le parchemin pour la dorure

6 contributions / 0 nouveau(x)
Dernière contribution
Portrait de bleuennbzh
A rejoint: 12/04/2010
Ville: Rennes
Supports autre que le parchemin pour la dorure

Bonjour !
Je viens de réaliser une sainte Elisabeth sur du canson à aquarelle pour une première communion. J’ai d’abord eu un souci avec mes pigments qui, n’ayant pas servi depuis 3 ans, étaient tout secs. Faut il juste ajouter de l’eau ? Et en quelle quantité ? Et faut il les mélanger ou laisser faire tout seul ?
Avant cet épisode, j’avais posé l’or. Une fois terminé, il ne me plaisait pas. Le brunissoir ne lui avait pas donné cet aspect miroir que je lui voulais. Il y avait un endroit où il était comme froissé. J’ai remis du gesso. J’ai remis de la feuille d’or. Que nenni ... c’etait toujours pareil. 
Quel papier employer si on ne veut pas prendre de parchemin ? Il paraît que la marque Fabriano est bonne ... mais en quel grammage ?
Merci beaucoup de vos réponses qui, à coup sûr, vont m’etre bien utiles comme toujours.

Portrait de gorlim
A rejoint: 09/06/2004
Ville: tra la perduta gente

Bonjour,
Quasiment tous les papiers se prêtent à la dorure
il faut simplement (même si rien n'est simple avec l'or) brunir le gesso en posant le papier sur une surface dure (verre, marbre, etc) et dorer de même
j'ai posé de la feuille d'or sur du papier mi-teintes de canson, sur du papier aquarelle basique d'une marque distributeur de supermarché, bref, inutile de payer du papier cher Smile
Il faut quand même un grammage assez fort sinon on risque les déformations mais ça dépend énormément de la qualité du papier
certains papiers de riz japonais peuvent supporter la dorure à partir de 30g alors que des papiers industriels type aquarelle crèveront en-dessous de 300g
il n'y a pas de règle absolue (comme souvent en enluminure), seuls les essais et tests peuvent nous renseigner.

pour ce qui est des pigments, comment étaient-ils conservés ? Avaient-ils déjà été mélangés à un liant ?
le broyage donne de bons résultats en général, ensuite, il suffit de remouiller à l'eau (sauf si le liant n'est pas miscible à l'eau)
je broies puis ajoute une ou 2 gouttes d'eau pour laisser le pigment s'imprégner puis ajoute du liantou, quand le liant est de la gomme arabique, j'aoute directement une goutte après le broyage puis de l'eau, puis + de liant etc etc

Portrait de bleuennbzh
A rejoint: 12/04/2010
Ville: Rennes

Merci mille fois je vais réessayer de ce pas. Pour les pigments je vais demander à celle qui me les avait fournis.
Cordialement
Véronique

Portrait de mmalfait
A rejoint: 24/09/2005
Ville: belgique

En effet,  en débuttant, un papier type scolaire de grain plutôt fin peut convenir. Cependant, pour dorer à la feuille sur assiette à dorer (gesso), il faut que le grammage soit suffisant, 230g/m² au minimum, pour limiter les déformations du papier lors du séchage et éviter ainsi les risques de décollement du gesso lors du brunissage (toujours sur un support plan et dur). 
Par la suite, faute d'utiliser du vrai parchemin, des papiers imitent celui-ci, tel que (chez le Géants des Beaux-Arts) le papier parchemin type antique, le papier peau d'éléphant (un peu trop mince) ou, mieux, le pergamon ivoire de chez Fabriano (utilisé par les imprimeurs des fac-similis) ou le pergamenata naturel de chez Fedrigoni.
Quant aux pigments, voici une recette de liant que j'utilise depuis bien longtemps avec de très bons réusltats:
Exemple type de peinture au blanc d’œuf (détrempe médiévale):
4 parts de blanc d’œuf battu (liquide se déposant au fond après une nuit au frigo),
4 parts d’eau gommée (30% de gomme arabique*),
*La gomme arabique peut être remplacée, faute de mieux, par de la gomme (exsudat) d'arbres à fruits à noyaux (cérisier, prunier, abricotier...)
1 part de miel (assouplissant)*,
*La part de miel pourrait être remplacée avantageusement par autant de glycérine.
2 gouttes de fiel de bœuf  (tensioactif : mouillant; si nécessaire),
1 peu de camphre (conservateur; si nécessaire),
eau, suivant la consistance désirée.
La peinture fraîche peut être conservée pendant longtemps, de préférence dans un flacon fermé, au frais et en prévenant les moisissures, par addition d’un conservateur  tel que le camphre ou l'essence de girofle.
La peinture séchée se conserve très longtemps, au sec, à l'abri des poussières, et elle reste assez facilement soluble à l’eau.
La concentration du liant peut être contrôlée en frottant du bout de doigt la peinture bien sèche:
- si pas assez de liant: le pigment est entrainé 
- si trop de liant: la peinture brille

fmparchemins.wordpress.com

Portrait de bleuennbzh
A rejoint: 12/04/2010
Ville: Rennes

Oh merci pour ces conseils ! Je vais aller regarder pour les papiers. Pour les pigments, effectivement les premiers que j’ai réutilisés en ajoutant un peu d’eau et en mélangeant avec le pinceau, m’ont donné une peinture très brillante et collante. C’est comme une sorte de pâte au fond du pot mais qui n’est pas sèche ... À suivre ...

Portrait de mmalfait
A rejoint: 24/09/2005
Ville: belgique

si la peinture sèche reste collante, ce serait qu'elle contient trop d'assouplissant (sucre, miel, glycérine, dextrine...) car, étant hygroscopique, elle a du mal à sécher complètement. Il s'agit toujours de trouver le bon compromis en jouant sur les parts des composants. Bon travail!

fmparchemins.wordpress.com