pigments anciens vs substituts

5 contributions / 0 nouveau(x)
Dernière contribution
Portrait de Palombe
A rejoint: 13/12/2012
pigments anciens vs substituts

Bonjour,

Je fais de l'enluminure depuis quelques mois, et en ce moment j'essaye d'approfondir mes connaissances, en l'occurence sur les pigments. En faisant un tour sur le site des pigments kremer, mais aussi dotapea, je me rends compte que beaucoup de pigments historiques sont disponibles, mais bon nombre d'entre eux sont chers, parfois nuisibles à la santé et à l'environnement, voire mortels. De plus, lorsque l'on souhaite encadrer les enluminures, il n'est pas forcément intéressant d'utiliser des pigments qui ne sont pas permanents. Or, on se rend compte en pratique que les pigments liés, même avec des couleurs voisines, ont des qualités propres de brillance, de transparence, etc ... Un substitut n'est pas forcément équivalent. Alors j'aurais voulu avoir votre sentiment là-dessus. Avez-vous déjà pû faire la comparaison entre pigment historique et pigment de substitution ? A votre avis, est-il important d'utiliser des pigments historiques si on se donne déjà la peine de se procurer parchemin et or ? Avez-vous trouvé des pigments satisfaisants pour remplacer des pigments dangereux de la palette historique, et si oui, lesquels ?

Portrait de Cinabre
A rejoint: 14/02/2004
Ville: Cholet

Ce n'est pas une question mais 10 qui sont dans ton post !
Ce n'est pas simple d'y répon,dre en quelques lignes.

Mais voici quelques pistes.

C'est vrai, beaucoup de pigments sont toxiques.
Orpiment et réalgar contiennent de l'arsenic
Céruse et minium contiennent du plomb
Verdet et azurite intègrent du cuivre
Le cinabre est à base de mercure

Tous ces pigments sont toxiques à plus ou moins long terme.
Mais si l'on se protège en les préparant et si l'on ne suce pas son pinceau pour l'effiler, les risques sont faibles.

Pour ce qui est de la fugacité, la plupart des couleurs végétales tiennent mal à la lumière. Il suffit de constater les couleurs passées des tapisseries dans les chateaux. Cela n'est pas gênant dans un livre qui, par définition, ne voit que très peu la lumière. Mais cela pose problème pour une oeuvre encadrée.

Pour finir, je pense que l'idéal est de commencer par des pigments modernes de bonne qualité. Ce qui permet de se faire la main. et d'aborder les pigments médiévaux tout doucement en achetant ses pierres lors de bourses minéralogiques et en les broyant soi même.
La couleur et la brillance dépendent étroitement de la taille des particules de pigment obtenus et de l'huile de coude utilisée :-D

Portrait de Domi83
A rejoint: 17/09/2012
Ville: Fayence (83)

Dans le post de Dame Chlodyne concernant "le broyeur de couleur", l'article référencé propose une évocation de Léonard Defrance et de son analyse de la toxicité des couleurs. C'est une mise en perspective historique intéressante.

Portrait de Errance
A rejoint: 02/12/2003
Ville: Lyon

En fait, tout dépend si on veut faire de l'historique à tout prix ou juste se faire plaisir. Ce n'est, à mon sens, pas la peine de se battre avec des matériaux chers & compliqués à utiliser si c'est juste pour se faire plaisir.
D'autant que si ça ne fait que quelques mois que tu as commencé, le plus important c'est d'acquérir une bonne technique.

sinfulgarden

Portrait de Palombe
A rejoint: 13/12/2012

Bonjour,

 

Je me rend compte que cela fait un an et demi que je suis passée pour poser cette question, et je n'ai même pas donné de retour. J'espère que vous m'excuserez. ^_^'

 

Merci beaucoup pour les réponses en tout cas. Pour ma part, je n'ai pas encore testé les pigments historiques. De toutes façons on se rend compte qu'en pratique une bonne partie ne sont pas accessibles aux amateurs chez Kremer où je me fournis. La règlementation doit être dure en allemagne, chez La Verdure en revanche, on ne m'a pas fait de difficultés pour le blanc de plomb. En revanche, j'envisage de faire du vert de cuivre, ça ne doit pas être trop compliqué. Enfin, entre-temps j'ai compris que plus important que de prendre tel ou tel matériau, c'est de savoir pourquoi on fait tel ou tel choix. I-m so happy