la Pourpre

3 contributions / 0 nouveau(x)
Dernière contribution
Portrait de Dame Chlodyne
A rejoint: 14/10/2004
Ville: Lyon-Bron
la Pourpre

Je ne sais pas si vous avez vu mais dans le magazine moyen age, il y a un artice de mireille marlier sur la pourpre. C'est, on dirait, le premier d'une longue série sur les pigments animaux. Je l'ai lu c très instructif sur l'histoire du pigment. Mais bon pas de recette médiévale.
bonne lecture

Portrait de Anonyme
Anonyme (non vérifié)

Pour ce qui est de la pourpre, il n'y a pas de recettes médiévales. Pline en parle dans son "Histoire naturelle", il donne même une recette,
hélas il s'est fait abuser par les artisans de l'époque. La recette est fausse ... ou très incomplète.
Quant à son utilisation en peinture médiévale c'est souvent de la fausse pourpre : Orseille, Croton des teinturiers ...
Pour ce qui est des analyses faites sur les manuscrits ; on connait seulement les pigments utilisés dans une dizaines de livres. (source C.N.R.S.)
Et, ce que l'on croyait être de la pourpre, n'est souvent qu' une falsification végétale.
Quant à la pourpre de Cassius,Comme étant donnée pour le violet/rouge du "livre de Kell" dans un ouvrage connu de calligraphie , ceci est impossible:
A.Cassius ne l'a découvert qu'en 1670 environ .
Reste la possibilité de faire une fausse pourpre traditionnelle avec de l'Orseille ou comme le dit Marc, avec de la cochenille; ce n'est pas très difficile. Et si le
"jus" est posé par imprégnation
du parchemin (si,si cela est possible), il est totalement impossible de différencier cette couleur de la pourpre véritable .

Portrait de Cinabre
A rejoint: 14/02/2004
Ville: Cholet
Quant à la pourpre de Cassius,Comme étant donnée pour le violet/rouge du "livre de Kell" dans un ouvrage connu de calligraphie , ceci est impossible:
A.Cassius ne l'a découvert qu'en 1670 environ .

Le nom de ce pigment à été donné par Cassius en 1670.
Mais il est probable que le produit lui-même était connu depuis plus longtemps.
L'or et l'étain nécessaire à sa préparation sont des matériaux courants à l'époque médiévale.