Heraldique et manuscrits

46 contributions / 0 nouveau(x)
Dernière contribution
Portrait de behydezell
A rejoint: 07/09/2005
Ville: Vertaw Bretagne
Heraldique et manuscrits

L'héraldique est la science du blason, c'est-à-dire l'étude des armoiries (ou armes).

Le blason avait pour première fonction d’identifier le combattant sur le champ de bataille car grosso-modo tous les chevaliers portaient le même équipement et ils étaient peu reconnaissable sous leur lourd haubert. (Cf l’épisode de la bataille d’Hastings ou Guillaume le conquérant du soulever son heaume pour montrer à tous qu’il était encore bien vivant.) Les chevaliers faisaient peindre déjà sur leurs boucliers des images ou des symboles mais de manière anarchique et sans réglementation. C’est a la fin du XIIe siècle que l’usage du blason a commencé a être codifier donnant naissance à l’héraldique.

Les règles du blason ainsi codifié celui ci devient aussi un élément du droit médiéval : il est héréditaire ,symbole d’un territoire et d’un titre et il a valeur juridique pour la signature des documents, il est donc représenté sur le sceau ( empreinte de cire apposée sur un document. du latin sigillum = signe) Sur les monuments les objets, les manuscrits etc… il est marque de propriété dans une société qui fonctionnait plus sur le visuel que sur l’écrit.

Enfin cette « science » avec ses codes ,ses symboles et ses couleurs est devenu aussi un champ d’expression artistique.

Le fonctionnaire de la cour chargé du bon usage des blasons , qui tenait aussi une sorte de répertoire mémo, la liste des combattants ou membres d’une ligné vassalique ou d’un ordre de Chevalerie ; un codex appelé armorial ou rôle d’armes ; était le héraut. Il a donné son nom à l’héraldique. Le héraut était chargé d’annoncer dans un langage précis et codifié la description de l’écu du combattant ou du personnage noble et veillait aussi a ce qu’aucun autre ne porte les mêmes emblèmes.

Il employait pour décrire les armoiries un vocabulaire spécifique , qui nous paraît obscure et hermétique aujourd’hui mais que l’on comprenait fort bien à l’époque , ces noms étant issu de l’ancien français.

J’ai fait un petit schéma ci-contre :   (cliquez pour aggrandir)

On retiendra que les armes du blason ont disposés sur un écu rappelant le bouclier du chevalier. la forme de l’écu évolue selon les époques et les régions.

Ce qui compose donc les armes est en premier lieu donc le blason c’est a dire un écu orné de figures. Ces figures sont disposés sur une surface que l’on appelle le champ. Ces figures sont de deux sortes les meubles et les pièces :

- Les meubles sont des motifs non géométriques mobiles tel le plus souvent des animaux en entier ou une partie du corps ( lion ,aigle … ) ,des végétaux (fleur de lys,arbre…) , des astres ( étoiles , soleil …) , des objets (annelets,besants…) ou des bâtiments ( château , porte …).

- Les autres figures possibles sont des formes géométriques inamovibles appelées pièces ( fasce , bande, barre , pal ,chevron, croix …) Un assemblage de pièces est appelé une partition ( coupé , barré , bandé , écartelé , échiqueté, losangé…).

- Les différentes parties que découpent les partitions sont appélés quartiers. On rencontre les quartiers lorsqu’une armoirie est composé d’un assemblage de deux ou plusieurs armes (exemple les armoiries de René d’Anjou ). On rencontre ce genre de cas dans l’héraldique plus tardive quand les seigneurs sont devenus suzerains de plusieurs territoires en même temps par la conquête ou par alliance ( mariage héritage ..). Au début l’héraldique employait des figures simples. Les familles les plus anciennes sont donc celles qui ont les blasons les plus simples généralement.

Pour qu’un blason soit visible de loin, il nécessite l’emploi de couleurs purs nobles et contrastés. Ces couleurs sont appelés émaux elles sont de trois sortes :

- Les métaux : Or ( jaune vif ou feuille d’or ) Argent (blanc vif ou feuille d’argent)
- Les couleurs : Sable ( noir ) Azur (bleu outremer) Gueules ( rouge vermillon )
beaucoup plus rare le Sinople( vert brillant) la Pourpre (violet ).
- Les fourrures : Hermine et Vair (les « négatifs » sont dits contre-hermine et contre-vair).

Une règle fondamentale en héraldique : ne jamais mettre couleur sur couleur ou métal sur métal ( seul exception la croix du Jérusalem). C’est un règle pour la visibilité et la lisibilité.
Exemple : OUI OUI NON NON

L’écu ainsi blasonné est surmonté d’un timbre il s’agit le plus souvent d’un heaume de tournoi ( vu de face c’est pour un grand seigneur duc ou roi) mais on peut aussi trouver des insignes de dignités ecclésiastiques (chapeau de cardinal ou tiare pontificale ) ou des couronnes ( de comte , de duc, de roi , d’empereur…) Plus tard on attribuera une forme spécifique de couronne pour chaque rang dans la noblesse. Ces couronnes peuvent aussi être placé sur le heaume . On peut y trouver le tortil qui est une couronne de tissu emblème de chevalerie. Le heaume est surmonté d’un cimier c’est un emblème qui reprend soit un élément du blason soit un emblème autre sans rapport direct. On a vu parfois dans certains tournois ou des armoriaux des emblèmes assez farfelues. Le heaume est entouré de lambrequins. Ils peuvent être armoriés aussi les lambrequins sont des longs rubans de tissu déchiquetés et contournés qui partent du haut du casque et qui entoure l’écu de manière décorative.

L’armoirie ainsi composé est parfois surmonté d’un « cri d’armes » c’est le cri de guerre en général pour les rois de France c’est « Montjoye ».Le bas est pas contre agrémenté de la devise c’est une courte phrase à contenu philosophique, guerrière ou religieuse qui est propre à chaque propriétaire de l’armoirie et qui ne se transmet pas contrairement au cri d’armes. Exemple : la devise célèbre de Jacques cœur argentier du roi Charles VII « A vaillans cœurs riens impossible ».

Pour en savoir plus et connaître plus en détail le vocabulaire heraldique illustré avec des images, on peut visiter ce site : http://perso.orange.fr/20100/contenu/Herald.htm

quelques exemples de description de pages armoriés avec les manuscrits de la bibliothèque municipale de Lyon

  1.   2.

1. Ms P.A. 28, f. 1 : une armoirie de marque de propriété du XVe dans l'ouvrage "Voyages" de Jean Mandeville. Probablement celui de la famille Gevingy.
Devise : Secoures le pouvre Gevingy . Blason : d'azur a une bande de gueule surmonté d'un rivière en bande ondée d'argent Timbre : heaume de tournoi. Lambrequins : de gueules et d'azur Cimier : dragon a tête d'azur et ailes de gueules.2 . Ms P.A. 28, f. 132v : un arbre généalogique de la famille Gevingy introduction au "Livre de Tondale" constituant la deuxième partie du manuscrit P.A. 28. l'arbre est associé avec une corde formant un lac (noeud entrelacé) symbole de mariage avec une personne représenté par son chiffre : ici un Y gothique.

  3.   4.

3. Ms 5153, f. 13v : une armoirie de marque de propriété dans un livre d'heures de la fin du XVe - Blason : d'azur a un pont d'argent posé en fasce. Timbre : heaume de tournoi. Lambrequins : de gueules et d'argent. Tortil : d'azur et d'argent. Cimier : tête de paon d'azur et ailes d'azur et d'argent. Ici il y a aussi en plus les tenants : il s'agit de figures animales ou humaines symboliques encadrant l'écu - ici deux griffons d'or.

4. Ms 5153, f. 14 : les armoiries symboliques de la Passion du Christ tenues par des anges, encadrant la scène de la lamentations sur le Christ mort. De haut en bas puis de droite à gauche : le pressoir : symbole du sang versé = vin de messe , la couronne d'épine et la sainte lance , les trois clous, la colonne et les fouets , la sainte face (empreinte du visage du christ apparut sur le linge de sainte véronique) la tenaille et les marteaux , les linges.

Portrait de behydezell
A rejoint: 07/09/2005
Ville: Vertaw Bretagne

Armes de René d'Anjou ,Roi de Hongrie, Sicile et Jérusalem, duc d'Anjou, Bar et Lorraine (blason entre 1434 et 1443 ). Le squelette couronné qui annonce l'office des morts est un des emblèmes du Roi René ; un tel emblème figurait peint au dessus de son tombeau aujourd'hui disparu à la cathédrale d'Angers. Ces deux folios armoriés ont été ajouté comme marque de possession ,vers 1435 dans un livre d'heures français réalisé vers 1410 , le manuscrit Egerton 1070 de la British Library.

Exemples de décorations heraldiques issus de manuscrits de la Renaissance.

Armes , devise et emblème de Pierre de Werchin ,sénéchal de Hainaut et chevalier de la toison d'or et de la famille de sa femme, les Vergy. Manuscrit de 1555 : Le Triumphe d'Anvers Faict pour la Noble Festes de la Thoison d'Or conservé à la New-York Public Library.

1a.  1b.

1a et 1b. Armoiries de Jean de Falloize et de la famille Krickenbeek/Coninxheim. Evangiles et lectionnaire. Liège vers 1525. Folios 1r et 2v, Free Library of Philadelphia, Rare Book Department, Lewis E 160

2.  3.

2. Armoirie d'un cardinal. Pontifical de Rouen ,1er quart du 16e siecle. Cambridge, Harvard University, Houghton Library, MS Typ 028
3. Armoirie Episcopale d'un pontifical. Paris vers 1520-1530.Cambridge, Harvard University, Houghton Library, MS Typ 124

Portrait de enluminette
A rejoint: 19/10/2007
Ville: Montpellier

Super ton article Behydezell : tu en connais un rayon sur la héraldique
je vais donc en profiter pour te soumettre un blason qui se trouve sur le caveau familial de mes grands-parents et arrières....
Notre famille est issue de la lignée des 9 barons de Catalogne et pour être plus précise, celle des Cagarriga dont voici le blason :

J'aimerai bien pouvoir l'enluminer mais j'ai un problème pour les couleurs !!! Si tu a une petite idée, peut-être ???? !

  IMAGE(http://nsa02.casimages.com/img/2008/06/04/0806040233483542422.jpg)" />

Portrait de behydezell
A rejoint: 07/09/2005
Ville: Vertaw Bretagne

pour répondre à Enluminette tu as toutes les réponses sur ce site :

http://www.mediterranees.net/museum/cagarriga.html

mais cela me donne l'idée d'un excellent exercice si vous avez pris la peine de lire mon introduction

l'image du blason que tu m'as donné est qui provient de ce site est un blason écartelé qui regroupe 5 familles

A-Les Çagarriga : "d'or, au buisson de chêne-vert arraché et entrelacé de sinople"
B-Les Cervelló : "d'or, au cerf passant d'azur".C-Les d'Alemany : "d'argent, à trois demi-vols de gueules, abaissés et contournés"
D-Les Camporell: «fascé d'or et de gueules»E-les Guiraud - Delpas de Saint-Marsal: «d'or, à deux perroquets de sable, adossés, la tête contournée et accompagnés de deux étoiles de gueules, une en chef et une en pointe»
voila ! l'exercice consiste donc à traduire les couleurs et dire qui va ou !

Portrait de behydezell
A rejoint: 07/09/2005
Ville: Vertaw Bretagne

  1.   2.

1. Ms 521, f. 1 Missel à l'usage de Saint-Pol-de-Léon ,XVIe - Licornes portant les armoiries de Roland de Neufville , évêque de Saint-Pol-de-Léon . il s'agit d'une armoirie écclésiastique : on remarquera que le timbre et le cimier sont ici remplacé par une crosse et un mitre épiscopale (BM de Lyon)
2. Ms. 0179 Recueil de cartes marines - armoirie de propriété décorant un plat de reliure inférieur du XVe siecle. Travail italien sur cuir. Le plat de reliure supérieur contient la même image inversé.(BM de Lyon)

3.   4.

3. Plat de relire armorié : Italie du Nord, 1465. Lot Nr.3132 Enchère n° 52 Hermann Historica Munich - http://www.hermann-historica.com/
4. Plat de reliure au armes de Lorenzo Moro : Ducale de Christoforo Moro, Venise 1458/1462 New York, New York Public Library, Spencer Collection NYPL Spencer 126.

Portrait de behydezell
A rejoint: 07/09/2005
Ville: Vertaw Bretagne

ah oui c'est vrai on avait parler mais le sujet est loin d'etre clos mais je donne mon accord pour qu'on reprenne au moins le premier post du sujet pour la gazette.

Sinon moi pendant ce temps la je continue à illustrer

Un chef d'oeuvre héraldique : L'armorial Bellenville

L'armorial Bellenville est le plus prestigieux de tous les manuscrits héraldiques médiévaux conservés à la Bibliothèque nationale de France. Il s'agit d'un recueil de 75 feuillets, copié et peint sur parchemin dans la région de Maastricht ou de Cologne à l'horizon des années 1380-1390. Il recense 1738 armoiries provenant de dix-sept pays européens actuels.

Son nom lui vient de l'un de ses possesseurs du XVIème siècle, Antoine de Beaulaincourt, seigneur de Bellenville (1499-1559), roi d'armes de la Toison d'or. Malgré son format relativement modeste (240 x 155 mm), le dessin héraldique est de toute beauté et certainement dû à un héraut d'armes qui était aussi un artiste de qualité. Celui-ci n'a malheureusement pas pu encore être identifié. Dans son travail, qui s'est sans doute étalé sur plusieurs décennies et qui n'est pas achevé, ce héraut a probablement été aidé par une équipe tant l'ampleur de l'information est considérable.

Le recueil, conservé dans son manuscrit original, se compose de deux parties. Tout d'abord un armorial général de l'Europe (1333 armoiries), classé par "marches d'armes", c'est à dire selon un ordre à la fois géographique et politique correspondant aux circonscriptions héraldiques en usage au XIVème siècle. Les armoiries les plus nombreuses dans cette partie proviennent des Pays-Bas et de l'Allemagne rhénane. Ensuite, un ensemble de onze rôles d'armes différents, faisant connaître 405 armoiries de personnages ayant participé, dans la seconde moitié du XIVème siècle, soit à des tournois ou à des joutes, soit à des expéditions militaires conduites en Prusse et ayant le statut de croisades contre les derniers païens slaves ou borusses. Tous les écus de cette seconde partie sont surmontés d'un cimier.

L'original est à la Bibliothèque nationale de France : Cote ms. Français 5230

Une édition commenté de ce manuscrit en facsimile intégrale est disponible ici

Portrait de behydezell
A rejoint: 07/09/2005
Ville: Vertaw Bretagne

Un autre armorial équivalent dans ce style : l'armorial de Gelre

L'Armorial universel du héraut Claes Heinen dit "Gelre", roi d'armes des Ruyers a été réalisé autour de 1370-1395.Conservé à la Bibliothèque Royale de Bruxelles (ms. 15652-56), c'est l'un des plus importants armoriaux médiévaux qui soit parvenu à nos jours. Il se compose de 121 folios, séparés en 6 parties . Sur ces 121 folios sont reproduits 1755 blasons de toute l'Europe, avec toutefois une prédilection pour les pays flamands et rhénans.

Il contient egalement : les défis versifiés en 1334 au duc Jean III de Brabant, dit le Sanglier, lancés par 18 princes ligués contre lui ; le blasonement en vers et les dessins des armes de 14 seigneurs tombés à la bataille de Staveren en 1345 ; deux chroniques versifiées armoiriées de Brabant et de Hollande ; des poèmes accompagnés des armoiries de 13 chevaliers, originaires d'entre Rhin et Meuse.

une édition électronique de cet armorial est disponible sur
http://www.heraldique-europeenne.org/Armoriaux/Gelre/index.html

Portrait de behydezell
A rejoint: 07/09/2005
Ville: Vertaw Bretagne

deux acquisitions de la Bibliothèque Royale de Belgique

Onze feuillets provenant de l’Armorial dit de Gorrevod


KBR, ms. IV 1301 : Onze feuillets provenant de l’Armorial dit de Gorrevod
Pays-Bas méridionaux, vers 1450-1460 .Provenance : Collection Comte de Limburg Stirum

L'acquisition récente par la Bibliothèque royale de Belgique de onze folios armoriés (ms. IV 1301) a permis de compléter deux manuscrits héraldiques dont ils faisaient partie à l'origine et qui comptent parmi les plus précieux de ses collections: les manuscrits II 6563, dit de Gorrevod, et II 6570, dit Van Nieuwenhove. Ils concernent principalement le Brabant et ont été exécutés vers 1450 par des dessinateurs particulièrement doués.
Ces deux manuscrits faisaient partie de la très riche collection d'ouvrages généalogiques et héraldiques rassemblée par J.B.Houwaert , secrétaire de la ville de Bruxelles † 1688 laquelle passa à Jacques de Grez, héraut d'armes de Brabant, pour aboutir enfin à la Bibliothèque royale de Belgique qui l'acquit en 1932.
Le manuscrit Gorrevod qui comptait jusqu'ici 1500 armoiries environ, se trouve augmenté de 100 écus grâce à cette acquisition. Manuscrit composite, instrument de travail fréquemment utilisé - ce qui explique la perte ancienne des feuillets récupérés si heureusement aujourd'hui -, il comporte entre autre la copie de l'armorial d'Antoine, duc de Brabant, mort à Azincourt en 1415. Son étude jette donc une lumière nouvelle non seulement sur l'histoire du duché mais aussi sur le monde des échanges intervenus entre héraldistes professionnels, bibliophiles et amateurs éclairés.

La ancienne noblesse du contee de Flandres de Corneille Gaillard - KBR, ms. IV 1276

Livre armorial autographe de Corneille Gaillard, héraut d'armes de Charles V. Ce manuscrit sur papier, réalisé à Bruges au milieu du XVIème siècle, compte 47 folios et comprend 557 armoiries peintes de familles nobles du comté de Flandres. Ce codex constitue un complément important à un autre manuscrit de Gaillard, également conservé à la Bibliothèque royale de Belgique (Bruxelles, KBR, 5819-20).

source : http://www.kbr.be/collections/manu/acquisitions_fr.html

Portrait de behydezell
A rejoint: 07/09/2005
Ville: Vertaw Bretagne

L'aigle du Saint Empire Romain Germanique ou Reichsadler

1.  2.

1, Armoirie de l'empereur avant 1368 : d'or, à l'aigle monocéphale de sable, membrée, becquée et liée de gueules. Relevé d'une Miniature du XVe d'apres des armoiries du siecle anterieur.
2, Au centre, armoirie après 1368 : d'or, à l'aigle bicéphale de sable, membrée, becquée et liée de gueules .les armes de l'empire sont entouré par charlemagne le 1er empereur auquel on a attribué l'aigle imperiale d'origine romaine, comme armoirie au Moyen Age, et les sept princes élécteurs. Miniature de Guillaume Weylant en frontispice du livre des privileges du comptoir brugeois de la Hanse. Cologne, Historische Archiv der Stadt Hanse Ia.

3.

3, Les sept princes électeurs et leurs armoiries : les archevêques de Trèves, Mayence et Cologne, le roi de Bohême, le duc de Saxe, le margrave de Brandebourg et le comte palatin du Rhin. Bilderchronik Heinrich VII. (Balduineum) 1341, Landeshauptarchiv Koblenz.

4.  5.

4, les armoiries completes du saint empire : l'aigle a deux têtes avec au centre la croix et sur les ailes les provinces de l'empire. Quaternionenadler aus der Handschrift "Agrippina" von Heinrich van Beeck, Köln, Xve siècle.
5, Les armoiries de l'empereur encadré par deux griffons surmontant les armories des participants au concile de regensbourg pour en indiquer que ce concile est placé sous sa juridiction.Miniature du milieu du XVIe.

6.  7.

6, L'aigle imperiale surmonté des armoiries de la maison d'Autriche gravure de Hans Burgkmair der Ältere « Reichsadler mit Wappen des österreichischen Hauses », Augsburg 1505 .
7, L'aigle imperiale protecteur des cantons suisses : page de titre de la Kronica von der loiblichen Eidtgenossenschaft, Basel.1507

8.

8,Les armoiries du saint empire : gravure de David de Negker 1510 d'après un dessin de Hans Burgkmair der Ältere « Das Heilige Römische Reich mit seinen Reichsständen » . Augsburg. (285 x 400 mm)

source : Le Saint Empire Romain Germanique - Armorial du saint empire

Portrait de behydezell
A rejoint: 07/09/2005
Ville: Vertaw Bretagne

La maison d'Espagne

1.  2.

1. Armes des rois catholiques entre 1474 et 1492 : Frontispice, ajouté a la fin du Xve, à l'exemplaire du livre de la chasse de Gaston Phebus detenu par la Pierpont Morgan Library sous la côte MS M.104.
http://utu.morganlibrary.org/medren/single_image2.cfm?imagename=m1044.001v.jpg&page=ICA000146860

2. Armes des rois catholiques apres la chute et la prise de Grenade et le mariage de leur fils Jean de Castille avec Marguerite d'Autriche et de leur fille Jeanne avec Philippe le Beau. Miniature flamande de 1497, frontispice du somptueux Brevaire d'Isabelle la Catholique. Add. 18851 British Library Londres
http://www.moleiro.com/base.php?p=BIC/fr

repères : http://fr.wikipedia.org/wiki/Rois_Catholiques

3.  4.

3.Armes de Philippe II, fils de Charles Quint lettrine détail d'une lettre patente de noblesse de 1559 donné à un conquistador compagnon de Cortes , Pedro de Villanueva .
Détails de l'ornementation : http://pics.livejournal.com/tedeisenstein/gallery/0000314h

4.Armes de Philippe III d'Espagne : frontispice du traité anglo-espagnol de 1605 National Archives of United Kingdom.
http://www.nationalarchives.gov.uk/museum/item.asp?item_id=18&sequence=1

voir : http://fr.wikipedia.org/wiki/Armorial_de_la_p%C3%A9ninsule_Ib%C3%

Portrait de behydezell
A rejoint: 07/09/2005
Ville: Vertaw Bretagne

Armoiries de Charles Quint

Charles de Habsbourg, fut duc de Brabant sous le nom de Charles II (1515-1558 ), roi d'Espagne et de l’Amérique espagnole, sous le nom de Charles Ier (Carlos I), roi de Sicile, sous le nom de Charles IV (Carlo IV)(1516-1558 ) et Empereur du Saint Empire Germanique (1519-1558 ) sous le nom de Charles V (Karl V), nom sous lequel il est passé à la postérité (Quint équivalant à cinq en ancien français).

repère historique : http://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Quint

1.  2.

1, les Armes de l'empereur Charles Quint : Virgil Solis et monogramiste HWG: Wappen des Heiligen Römischen Reichs mit zwei Putti; c.1540/45 Manuscrit , vente Bassenge.

2, les Armes de l'empereur Charles Quint vers 1530: gravure frontispice du livre des tournois de Georg Rixner Wappen Karls V., Deckfarbenminiatur in Rüxners Turnierbuch. Karlsruhe : Badische Landesbibliothek

3.  4.

3, armes complètes de Charles Quint avec devise en allemand : gravure de 1547 de Heinrich Vorgtherr der Altere.

4, Armes de l'archiduc Ferdinand 1er, frère de Charles, en frontispice, ajouté au milieu du 16e siècle au magnifique et fameux livre de la chasse de Gaston Phebus de la BNF, cote Français 616.

5.  6.

5,Carolus Quintus imperator : Portrait de l'empereur charles quint encadré par son embleme les colonnes d' hercule sa devise en français « Plus oultre » et ses armoiries l'aigle bicephale couronnée et encadré du collier de l'ordre de la toison d'or. Gravure d'apres Lucas Cranach le Jeune. 1550.British Museum Londres

6, 'Karolus Rex Hispanii./ 1519' : portrait de Charles Quint à 19 ans avec les armes du saint empire encadré par les armoiries et les emblêmes des royaumes d'espagne et de Naples-Sicile gravure d'apres Hans Weiditz .British Museum Londres

7a.  7b.

7a et 7b, les armes imperiales de Maximilien Ier grand père de Charles Quint (recto) et portrait de Charles Quint et Maximilien (verso)

8a.  8b.

8a et 8b ,les armes imperiales de charles quint (recto) et Hercule tenant les colonnes et portrait de Ferdinand 1er et frere et successeur de Charles (verso).

7et 8, On remarquera l'enorme augmentation des possessons des habsbourg entre les deux générations. Dessins colorié de Jorg Breu II vers 1540 British Museum Londres.

Source : http://www.britishmuseum.org/research/search_the_collection_database.aspx

Portrait de Anonyme
Anonyme (non vérifié)

Intarissable, Behydezell!!!!
(avec un sujet qui le mérite amplement, il faut bien le dire!..)

Portrait de behydezell
A rejoint: 07/09/2005
Ville: Vertaw Bretagne

'Wappenbuch des Hans Ulrich Fisch' Aargau Staatsarchiv

Réalisé en 1622 par le peintre illustrateur vitrailliste Hans Ulrich Fisch notable de la petite ville du nord de la suisse Aarau dans le canton d'Aargau, ce codex est un arbre généalogique abrégé de la puissante famille imperiale des Habsbourg dont la tradition les fait descendre des seigneurs de ce petit château de la ville de Habsbourg dans ce meme canton. Il ajoute à leur généalogie pour bien en montrer le prestige les armoiries de Jules César.

le manuscrit en ligne sur e-codices.ch

source : http://bibliodyssey.blogspot.com/2008/06/fisch-wappenbuch.html

Portrait de behydezell
A rejoint: 07/09/2005
Ville: Vertaw Bretagne

Le livre des Drapeaux de Fribourg

Témoin du passé belliqueux des Fribourgeois, le livre des drapeaux, peint en 1647-48 par le peintre bourguignon Pierre Crolot, contient les drapeaux et étendards exposés jadis à l'église St-Nicolas comme butin de guerre.En 1646, les drapeaux conquis par les Fribourgeois lors de leurs expéditions militaires et exposés à l'église St-Nicolas étant en mauvais état, le Petit Conseil de Fribourg décida de les faire peindre en un livre. Cet ouvrage, appelé "livre des drapeaux" est conservé aux Archives de l'Etat sous la cote Législation et variétés no 53. Les images de ce manuscrit donne un aperçu de ces oeuvres textiles aujourd'hui disparu a des rares exceptions du fat de leur grande fragilité et témoigne du faste des campagnes militaires d'antan où l'on partait a la guerre comme si on allait a un tournoi prestigieux.

Par exemple ces superbes tapisseries heraldiques faisaient partie du butin des Fribourgeois lors des batailles contre Charles le Téméraire en 1476.Elles faisaient parti des bagages du duc et servaient a orner la tente pendant la campagne militaire. Le livre contient egalement la reproduction des bannieres, des chasubles et des tabards aux armes de Bourgogne provenant egalement du pillage des bagages du duc lors de ces fameuses batailles de Grandson et de Morat. Aujourd'hui, seul le Livre des drapeaux témoigne encore de cette période glorieuse où les précieuses étoffes étaient exposées dans le choeur de l'église Saint-Nicolas.

Les bannieres prisent aux troupes du duché de Milan par le capitaine fribourgeois Peter Falk et ses soldats en 1512 temoignent de la continuité de ce même esprit. Ils ont rapporté egalement à leur ville des somptueuses bannieres peintes et/ou brodées de la Repulique de Venise et du roi de France Louis XII.

Source & quelques images commentés : le Livre des Drapeaux
Annexe : Les bannieres de Bourgogne

Bibliographie :

Pierre Crolot, Le livre des drapeaux de Fribourg (Fahnenbuch) 1648, texte de Bernard de Vevey, publié par la Société d'histoire du canton de Fribourg. Zürich 1943.Die Burgunderbeute und Werke Burgundischer Hofkunst. Ausstellungskatalog. Bern, Bernisches Historisches Museum 1969

Portrait de behydezell
A rejoint: 07/09/2005
Ville: Vertaw Bretagne

Le Banderia Prutenorum Le manuscrit de la Bibliothèque Jagellonne de Cracovie (Biblioteka Jagiellońska, 30-059 Kraków, al. Mickiewicza 22) ,dont le titre signifie "Les Bannières des Prussiens" est un exemple de chef d'oeuvre de haute valeur artistique et de grande importance pour la vexillologie européenne et l'héraldique du Moyen-Age.

1.   2.

1.Grande bannière du grand maître de l'ordre Teutonique
2.Bannière de l'evèque de Pomeranie

Le manuscrit compte 48 pages enluminés sur parchemin aux dimensions 29,5 x 18,5 centimètres, fut exécuté à l'époque du conflit entre la Pologne et l'ordre Teutonique qui durait depuis le XIVe siècle. Il constitue le témoignage du triomphe des armées polonaises sur les chevaliers teutoniques. Il contient les images de 56 bannières teutoniques prises pendant les batailles de Grunwald et de Koronowo en 1410 et celle de Nakło en 1431. Ces bannières-trophées étaient suspendues auprès du tombeau de saint Stanislas dans la Cathédrale de Wawel probablement jusqu'en 1603, puis elles disparurent dans des circonstances inconnues.

3.   4.

3. Bannière de la ville de Braunsberg
4. Bannière de la ville de Bartenstein

Le manuscrit a vraisemblablement été commandé par Zbigniew Oleśnicki, évêque de Cracovie, devenu ensuite cardinal, qui a confié la réalisation des images des bannières à Stanislas Durink, peintre du roi. L'historien Jan Długosz, secrétaire de l'évêque, était probablement chargé de veiller à l'exécution de ce projet. Długosz s'intéressait personnellement à la bataille de Grunwald , car son père y avait participé.

5.   6.

5. Bannière de l'evèque de Kulm
6. Bannière de la ville de Pokarmin, conquise par le père de Jan Długosz

Les illustrations sont accompagnées de courtes descriptions, dont chacune est composée de trois notices rédigées par trois personnes différentes. Durink indiqua les dimensions de presque toutes les bannières: il marqua leurs largeur et longueur (latitudo, longitudo) et, sur la dernière carte, il mit son nom comme peintre de ces miniatures et il indiqua l'année 1448 comme date de la réalisation de l'oeuvre. Jan Długosz était l'auteur de courtes descriptions des bannières, écrites de sa propre main, dans lesquelles il identifia à qui elles appartenaient et qui les conduisait. Le troisième auteur, dont nous ignorons le nom et qui, peut-être, était plus tard l'un des secrétaires de Długosz, compléta ces descriptions avec plus de détails. L'écriture de cet auteur est la plus récente, il a mentionné les faits postérieurs, même ceux de 1467. Grâce à toutes ces informations, Banderia constitue une source historique très précieuse, non seulement pour la connaissance des emblèmes des villes ou des commanderies teutoniques, mais aussi de l'organisation de l'armée teutonique et de ses forces.

Et pour notre plus grand plaisir , tout le manuscrit est numérisé ici http://www.laborunion.lt/memorandum/ru/modules/banderia/BPindex.htm

ou la http://www.heraldikasrbija.com/galerija/main.php?g2_itemId=5433

source : Memoire de la Pologne - Banderia Prutenorum

Autres ressources annexes pour les fans d'histoire , de figurines ou de Medieval Total War
les bannières teutoniques à la bataille de Tannenberg
les bannières polonaises à cette même bataille qu'on appele aussi Grunwald

la bataille de Grunwald/ Tannenberg le 15 juillet1410

Bibiographie et facsimile: Ekdahl S. Die "Banderia Prutenorum" des Jan Dlugosz - eine Quelle zur Schlacht bei Tannenberg 1410, Göttingen, 1976

Portrait de behydezell
A rejoint: 07/09/2005
Ville: Vertaw Bretagne

Du même auteur que le Banderia Prunetorum , Jan Długosz , nous devons également le texte du Catalogus archiepiscoporum Gnesnensium ; Vitae episcoporum Cracoviensium (Catalogue des archevêques de Gniezno et Vie des évêques de Cracovie). La Bibliothèque Nationale de Varsovie en détient une version retranscrite et superbement enluminé vers 1530-1535 à la demande de Piotr Tomicki évêque de Cracovie. L'auteur des ces magnifiques miniatures et bordures décoratives est le moine cistercien et peintre enlumineur Stanislaw Samostrzelnik (+1541). Il a représenté chacun des 45 évêques accompagné de son blason.

Catalogus archiepiscoporum Gnesnensium ; Vitae episcoporum Cracoviensium

On lui doit également les miniatures en 1531 du Liber geneseos illustris familiae Schidlovicie ; Livre de la généalogie de Krzysztof Szydłowiecki representant chaque membre illustre ,homme et femme ,de cet noble famille accompagné de son blason (on ne trouve pas d'images correcte des miniatures ce manuscrit mais on peut se reporter aux gravures de l'édition de 1851 de la B.N. de Varsovie qui les reproduit).

Liber geneseos illustris familiae Schidlovicie MDXXXI

Un petit lien en polonais avec quelques images sur Stanislaw Samostrzelnik

Une exposition présentant cet enlumineur à la Biblioteka Kornika en 2006

Source : http://bibliodyssey.blogspot.com/2007/08/knights-tale.html

Portrait de behydezell
A rejoint: 07/09/2005
Ville: Vertaw Bretagne

Le codex Capodilista

Armorial équestre principalement , le De Viris illustibus Familliae Transelgardorum Forzaté et Captis Listae (ou vie des hommes illustres des familles Transelgardi Forzate et Capodilista) à été rédigé vers 1435 à Bale par Giovanni Francesco Capodilista, juriste de Padoue et ambassadeur vénitien pour le concile dans cet même ville, auprès de l’empereur Sigismond.
Le manuscrit présente vingt-six bibliographies de chevaliers , clercs et docteurs qui se sont illustrés du VIIIe au XVe siècle dans sa ligné. Chaque personnage historique est représenté en pleine page sous l’aspect d’un chevalier à cheval avec ses armoiries et un court texte d’accompagnement. Le manuscrit contient également les figures de 24 docteurs représentés sous des arcades et des armoiries en pleine page. Les miniatures sont de la main d'unartiste balois probablement influencé par l'art italien. le manuscrit est conservé au Museo Civico de Padoue (Italie)

quelques images supplémentaires sur un lien commercial

Portrait de behydezell
A rejoint: 07/09/2005
Ville: Vertaw Bretagne

Pergamentrolle mit ganzfigurigen Porträts von Habsburger Fürsten

Rouleau de parchemin de 35,5 cm de large sur 339cm réalisé en 1512 à Innsbruck dessiné et rehaussé d'aquarelle par Jörg Kölderer représentant la généalogie de Maximilien de Habsbourg devenu l'empereur Maximilien Ier. Kunsthistorisches Museum Wien, Kunstkammer Inv.-Nr. KK_5333

les images ici

Portrait de behydezell
A rejoint: 07/09/2005
Ville: Vertaw Bretagne

Pictorial book of arms of the Order of the Garter ('William Bruges's Garter Book')

Cet armorial des chevaliers de l'ordre de la Jarretière a été réalisé a Londres entre 1430 et 1440 pour William Bruges premier roi d'armes. Il est représenté en première page agenouillé devant Saint Georges, saint patron de l'ordre.

L’Ordre très Noble de la Jarretière(en anglais : The Most Noble Order of the Garter) est un ordre de chevalerie anglais, fondé par Edouard III en 1348. Selon la légende, la comtesse de Salibury, maîtresse d’Edouard III, laissa tomber sa jarretière lors d’un bal de la cour. Le roi la ramassa vivement et la rendit à la comtesse ; devant les plaisanteries des courtisans, il s’écria : " Honi soit qui mal y pense " (devise de l’ordre). Il promit alors à sa favorite de faire de ce ruban bleu un insigne si prestigieux que les courtisans les plus fiers s’estimeraient trop heureux de le porter. Les premiers membres furent Edouard III lui même, le prince de Galles (Edouard, le Prince Noir), ainsi que 24 compagnons. Ces " chevaliers fondateurs " étaient des hommes d’armes, entraînés aux batailles et aux tournois, dont certains n’avaient pas plus de vingt ans. (voir : http://lorl.free.fr/garter.htm )

Ce sont ces chevaliers fondateurs qui sont représentés ici portant le manteau bleu de l'ordre et présentent une tablette ou sont peintes les armoiries de leur successeurs. on retrouvait ses mêmes armoiries sur les stalles de la chapelle Saint Georges a Windsor.

Le manuscrit Stowe MS.594 de la British Library ici

en savoir plus : http://fr.wikipedia.org/wiki/Ordre_de_la_Jarreti%C3%A8re

Portrait de behydezell
A rejoint: 07/09/2005
Ville: Vertaw Bretagne

Les chevaliers de l'Ordre de la Jarretière

1.  2.  3.

1, le Duc de Bedford agenouillé devant Saint Georges saint patron de l'ordre dont il porte le manteau caracteristique. Bedford Hours, Paris 1414-1423. MS.Add. 18850, f.256v British Library.

2, Effigie et armoiries de Edward Sutton, Lord Dudley heraldic collections of Sir Thomas Wriothesley, Garter King of Arms. Debut du 16e siecle.MS. Add. 45131, f.92, British Library.

3, Armoiries de Henry VIII et Francois 1er fait chevalier de l'ordre a l'occasion d'un traité de paix entre la France et l'Angleterre. Le lys et la rose sont symboliquement associés. Frontispice des Statutes of the Garter 1527. MS. Add. 5712, f.1v British Library.

4.  5.  6.

4, armoirie frontispice des Statutes and ordinances of the Order of the Garter of St George.England; c. 1510 - c. 1530 MS.Lansdowne 783 f.1v (Detail) British Library.

5,armoirie frontispice des Statutes and ordinances of the Order of the Garter of St George.England; after 1572. MS.Lansdowne 1207 f.1v (Detail) British Library.

6 Armes de Robert Sidney ,Viscount Lisle, , peinte en 1616. Manuscrit du College of Arms.

Portrait de behydezell
A rejoint: 07/09/2005
Ville: Vertaw Bretagne

Sir Thomas Holme's Book of Arms


Compilation de trois armorials propriété de Sir Thomas Holme (d. 1493), Clarenceux King of Arms (1476-1494) chevalier de l'Ordre de la Jarretière en 1482, le manuscrit Harley 4205 contient les figures des Rois d'Angleterre de Guillaume le Conquérant à Henry VI (Londres,c. 1445-c. 1450) un armorial équestre où chaque chevalier en côte d'armes s'affrontent alternativement à la lance ou à l'épée (Londres before 1448, c. 1446) et le Legh's Men of Arms (Londres, last quarter of the 15th century)

Les images du manuscrit Harley 4205 de la british library ici

Portrait de behydezell
A rejoint: 07/09/2005
Ville: Vertaw Bretagne

Le grand armorial équestre de la Toison d'or - manuscrit BNF Arsenal 4790

Le 10 janvier 1430 à Bruges, Philippe le Bon duc de Bourgogne créa le célèbre : Ordre de chevalerie de la Toison d'Or. Cet ordre est l'un des rares qui ait traversé les siècles. Son fondateur le duc de Bourgogne souhaitait réunir autour de lui une élite chevaleresque et partir délivrer les lieux saints. Il souhaitait également s'assurer une clientèle fidèle parmi ses vassaux et ses alliés. Placé sous le double patronage de la Vierge et de saint André, l'ordre compta d'abord, outre lui, 24 chevaliers. Ce nombre fut rapidement porté à 30. Chaque chevalier reçut pour insigne un collier ayant pour pendentif un bijou représentant la toison d'un bélier. Celle-ci rappelait la légende grecque des Argonautes partis, sous la conduite de Jason, conquérir la Toison d'Or. Il se déclara grand maître de l'ordre, auquel il donna des statuts qui forment un véritable code des vertus chevaleresques.

1.  2.

1.Armes de Philippe le Bon duc de bourgogne fondateur de l'ordre de la toison d'or (Le collier distinctif de l'ordre encadre ses armoiries)
2. Le duc de Brabant, folio 11 du manuscrit BNF Arsenal 4790

De la création de cet ordre est issue un manuscrit mythique, peint à la gouache sur papier aux environs des années 1435-1440, conservé par la Bibliothèque de l'Arsenal, il est à l'origine de la réalisation de ce superbe ouvrage en deux tomes. L'original est un étonnant manuscrit connu sous le nom de Grand armorial équestre de la Toison d'Or. Il s'agit d'un recueil somptueux, peint à la gouache sur papier aux environs des années 1435-1440. Il recense : d'une part environ 950 armories de familles ou d'individus provenant de toute l'Europe et classées géographiquement ; de l'autre 79 portraits équestres de personnages en grande tenue héraldique. Parmi ces portraits, 45 sont ceux de puissants seigneurs (rois, ducs, comtes, prélats) et les 34 autres ceux de chevaliers reçus dans les quatre premières promotions de l'ordre. Cet armorial est à la fois le plus célèbre de tous les armoriaux et un des plus beaux manuscrits peints que le Moyen-Âge finissant nous a laissés ; les figures équestres, notamment, comptent parmi les créations les plus séduisantes et les plus étonnantes de la peinture médiévale alors à son apogée. Le recueil a été réalisé par plusieurs hérauts et artistes travaillants sous la direction d'un roi d'armes.

3.  4.

3.Le Roi de France, folio 47v du manuscrit BNF Arsenal 4790
4.Le Roi d'Angleterre, folio 64 du manuscrit BNF Arsenal 4790

http://gallica.bnf.fr/anthologie/notices/00044.htm

disponible en facsimilé et en CD-Rom

Portrait de Cinabre
A rejoint: 14/02/2004
Ville: Cholet

Il va falloir te créer un espace spécial pour toi Behydezell
Ou vas-tu pêcher tout cela ?

Oook

Portrait de behydezell
A rejoint: 07/09/2005
Ville: Vertaw Bretagne

Petit armorial équestre de la Toison d'or

Il s'agit d'un copie inspirée du grand armorial avec quelques adjonctions notamment la figure équestre des neuf Preux et des neuf Preuses. Ce manuscrit de la BNF , cote Clairambault 1312, à été réalisé entre 1460 et 1470.

Les neuf Preux et neuf Preuses

quelques images du manuscrit (saisir Clairambault 1312)

Portrait de behydezell
A rejoint: 07/09/2005
Ville: Vertaw Bretagne

11.  2.

1. Statuts de l'ordre de la Toison d'or. - Assemblée des chevaliers de l'ordre de la Toison d'or Besançon - BM - ms. Chifflet 91, f. 002.
2. Dessin d'une banderole de avec le blason et la devise du duc Philippe de Bourgogne, entouré de celui de son épouse Isabelle du Porugal et de son fils Charles Comte de Charolais.
Besançon - BM - ms. Chifflet 84, f. 003.

3.  4.

3.Arbre généalogique de Josse de Lalaing (+1483), chevalier de la Toison d'or. Bibliothèque Royale de Belgique.
4.
Marie de Bourgogne et ses possessions : illustration de "Excellente Cronyke van Vlaenderen", Fol. 372v. Manuscrit réalisé à Bruges à la findu XVe siecle.

Portrait de behydezell
A rejoint: 07/09/2005
Ville: Vertaw Bretagne

1.  2.

1. Armoiries de Charles le Téméraire, Duc de bourgogne grand maître de l'ordre de la Toison d'Or avec les blasons de ses possessions sa devise , dans un décor architectonique, sous le patronage de Saint André et Saint Georges. gravure de Maitre W.A. vers 1472.
2. Les armes des Berlaymont encerclé par le collier de l' Ordre of de la Toison d'Or. Ajouté au XVIe siècle dans un superbe livre d' heure réalisé en France dans l'atelier de Simon Marmion vers 1460. Ms HM 1173 Huntington Library.

3.

3. Statuts, Ordonnances et Armorial de l'Ordre de la Toison d'Or : Ce manuscrit fut présenté en 1473 par Gilles Gobet, roi d’armes de l’ordre de la Toison d’or à Charles le Téméraire, duc de Bourgogne, et aux autres chevaliers, lors du chapitre de l’ordre tenu à Valenciennes, puis conservé au trésor de la Toison d’or à Bruxelles.  Den Haag, KB, 76 E 10

4.

4.Statuts de l'Ordre de la Toison d'or, manuscrit réalisé entre 1481 et 1486 à Bruges et enluminé par le Maître du Wavrin de Londres, reprenant la teneur des chapitres de l'ordre depuis 1429 jusqu'au 6 Mai 1481. Ms Harley 6199 British Library Londres.

Portrait de behydezell
A rejoint: 07/09/2005
Ville: Vertaw Bretagne

La Insigne Orden del Toison de Oro

"La Insigne Orden del Toison de Oro" dit aussi Códice de la Emperatriz est un prestigeux armorial à l'éxecution luxueuse de la main de l'illustre enlumineur flamand Simon Bening. Ce manuscrit faisait parti d'ine commande en 1537 en trois exemplaire des Ordonnances de L'ordre de la Toison d'Or, destiné respectivement au chancelier au trésorier et au gréffier.

L'exemplaire de l'Instituto Valencia de Don Juan à Madrid qui fait 230 pages contient 207 blasons des chevaliers élus de l'ordre elu entre 1430 et 1545 repartis sur 62 pages enluminés dont 10 pages avec un blason en vis a vis des portraits en apparat des 5 souverains successifs de de l'ordre, à savoir Les Ducs Philippe et Charles , l'Empereur Maximilien , le Roi Philippe le Beau et l' Empereur Charles Quint. Il est completé par 150 pages de textes ornées d'initiales enluminés.


Philippe le bon duc de bourgogne et son blason


Charles Quint et son Blason

facsimilé : http://www.finns-books.com/fleeces.htm

source : http://www.cuadernosmedievales.com/numero8/libros.htm

Portrait de behydezell
A rejoint: 07/09/2005
Ville: Vertaw Bretagne

Annexe : Les panneaux héraldiques des chapitres de l'ordre de la toison d'or


Stalles de la Cathedrale Saint Eulalie à Barcelone

Lors des réunions du chapitre de l'ordre de la toison d'or dans le choeur des différentes églises situés sur le territoire appartenant au duc et plus tard a l'empereur, un panneau peint héraldique était placé au dessus des stalles sous chaque siège du chevalier siegeant. Aujourd'hui ses panneaux ont ét conservé soit complètement soit partiellement (ou remplacé par des copies) à Gand (Gent : Sint-Baafskathedraal (1445 en 1559) à Bruges (Brugge : Onze-Lieve-Vrouw kerk en St Salvator kathedraal) , à la Haye (Den Haag : Grote Kerk) à Malines (Mechelen : Sint-Romboutskathedraal) et à Barcelone (Barcelona : Sint-Eulaliekathedraal). Les panneaux sont pour la plupart attrribué au peintre Pierre Coustain; d'autres de la main de Hue de Boulogne, de Jehan Hennecart, de Guillaume Spicre et Adam Dumont. Ils auraient été peint entre 1460 et 1491 et le style des ses panneaux a été imité au XVIe siecle pour les chapitres ultérieurs et la nomination de nouveau membres.

Les panneaux sont présentés ici: http://www.aultre-nauray.be/

1.  2.  3.

1, Antoine de Bourgogne demi-frère batard de Charles le Témeraire : peinture de Pierre Coustain.

2, Adolf van Kleef en Mark , heer van Ravenstein. Eglise Notre-Dame Bruges. (restauré).

3, Pedro de Cardona, Comte de Colisano : panneau de l'Armorial de la Toison d'Or de la Sainte-Chapelle de Dijon.

Une histoire de l'ordre et des ses chapitres : http://gilles.maillet.free.fr/histoire/toison_dor/introduction.htm

4.  5.  6.

4, Ecu de Charles le Téméraire. 5, Ecu de Jehan de Villiers. 6, Ecu de Simon de Lalaing : Musée de L'Hotel Sandelin Saint Omer.

Figuraient initialement dans la salle du Chapitre de l'ordre de la Toison d'Or, dans l'ancienne abbaye de Saint-Bertin à Saint-Omer. Ces panneaux ont été peint pour le 10e Chapitre de la Toison d'Or qui fut tenu dans cette abbaye en 1461, l'abbé Guillaume Fillastre étant alors chancelier de l'ordre

une biographie de Pierre Coustain et la localisation de ses oeuvres heraldiques

7.  8.

7, Edouard IV roi d'Angleterre et 8, Jaccques de Luxembourg: Panneaux de Pierre Coustain réalisé pour le chapitre de Bois le Duc. Rijksmuseum Amsterdam (cliquez sur l'image lien extra zoom)

On lui attribue egalement la réalistion des bannières peintes de l'armée bourguignonne. Quelques-unes sont actuellement conservé dans des musées suisses. Voir : http://www.ugopozzati.it/Bandiere%20Borgogna.htm

9.

9.Claude Vergy et Pierre Crust : panneaux ulterieurs du XVIe siecle de la Cathedrale Saint Bavon de Gand.

Portrait de behydezell
A rejoint: 07/09/2005
Ville: Vertaw Bretagne

Les armoiries des Neuf Preux et des Neuf Preuses 1

Les neuf preux voir article wikipedia > http://fr.wikipedia.org/wiki/Neuf_Preux

NEUF PREUX

Ces Neuf Preux viennent de l’Antiquité grecque et romaine comme Hector, Alexandre ou Jules César, de la Bible comme Josué, David ou Judas Maccabée, du merveilleux chrétien comme le roi Arthur (ou Artus) des romans de la Table Ronde, le Charlemagne des chansons de geste ou le Godefroy de Bouillon des chansons de croisade. Réunis sous la plume de Jacques de Longuyon en 1312, dans les Vœux du Paon, ces héros de l’histoire de la littérature et de la légende, apparaissent comme de preux chevaliers du Moyen Age.

  les 3 héros bibliques (Josue,roi David, Judas Maccabée),

  les 3 héros païens (Hector de Troie,Alexandre le Grand,Jules Cesar)

  les 3 héros chrétiens (Arthur Pendragon, Charlemagne, Godefroy de Bouillon ).

Gravures du maitre aux banderoles Pays bas 1450-1475 British Museum Londres (les armes de Jules César et de Arthur sont ici inversé)


Arthur, Hector et Jules César

Tapisseries des neuf preux sont conservés (4 fragments perdues) au Cloisters du Metropolitan museum of Art de New York. Attribuées à Nicolas Bataille à qui l'ont doit également la tenture de l'Apocalypse d'Angers. Pays bas bourguignons ou nord de la France vers 1400.

http://www.fordham.edu/halsall/medny/albertini3.html

NEUF PREUSES

Quelques années après les Neuf Preux, apparaissent en France les Neuf Preuses, dont les figures sont toutes issues de l’histoire et de la mythologie de l’Antiquité païennes :
Les reines légendaires Sémiramis, Thamaris (ou Thamyris), Teuca et Déiphyle, les Amazones Cinopé (ou Sinopé), Hippolité, Ménalippe, Lampet et Penthésilée.
Le créateur de ce groupe de guerrière est sans doute Jean Le Fèvre dans le Livre de Leesce (entre 1373 et 1387) pour prendre la défense des femmes contre les auteurs misogynes qui multiplient leurs critiques.
Les Neuf Preuses sont des guerrières. Elles ont autant de courage que les Neuf Preux.


Figures équestres de Pantaphiloe, Penthésilée,Taucha et Thamaris dans le manuscrit Clairambault 1312 présenté plus haut.

Dans la salle baronale du chateau de La Manta à Saluzzo, en Italie (dans la région du Piemont) on trouve des fresques représentant les neuf preux et les neuf preuses , pour ces dernières le ou les auteurs s'étant inspiré des enluminures qui ornent le manuscrit du Chevalier errant. Ces fresques sont dues a Jacques Iverny peintre avignonais vers 1420 sur une commande de Tommaso di Saluzzo ou son fils Valerano. Elles font pendant à une scène de la Fontaine de Jouvence

images> http://peintures.murales.free.fr/fresques/Italie/Piemont/Valle_Varaita/M...

Bibliographie: Fresques Italiennes de la Renaissance 1400-1470 Citadelles et Mazenod

  Penthésilée, tapisserie du château d’Angers, (partie d'une serie sur les preuses ?) début XVIe siècle, Musée du château d’Angers.

(elle fait parti des tapisseries du logis royal sauvés in extremis lors de l'incendie de ce lieu le 10 janvier dernier) > http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Incendie-au-Logis-royal-du-chat...

lire: Sophie Cassagnes-Brouquet, « Penthésilée, reine des Amazones et Preuse, une image de la femme guerrière à la fin du Moyen Âge » > http://clio.revues.org/index1400.html

On remplaça ce modèle pour les neuf preuses au cours du XVe siecle dans les pays germaniques , par un modèle éxactement parallele au modèle des neuf preux à savoir :

3 héroïnes bibliques (Esther, Judith, Jahel)

3 héroïnes païennes ( Lucretia, Veturia Virginia)

3 héroïnes chrétiennes ( Sainte Hélène, Sainte Brigitte de Suède,Sainte Elisabeth de Hongrie)

Pour la description complète des armoiries voir : http://www.heraldica.org/topics/worthies.htm

Portrait de behydezell
A rejoint: 07/09/2005
Ville: Vertaw Bretagne

Les armoiries des Neuf Preux et des Neuf Preuses 2

1, Josué, David, Judas Machabée.

2, Alexandre, Hector et Jules César.

3, Arthur, Charlemagne et Godefroy de Bouillon.

> Enluminures du Livro do Armeiro-Mor que je présenterai dans le prochain post.

4.  5.  6.

4, Armes de Hector, Alexandre et Jules César. 5, Armes de Josué David et Judas Machabée. 6, Armes de Charlemagne Arthur et Godefroy de Bouillon.

7.  8.  9.

7, Armes de Lucretia, Veturia Virginia. 8, Armes de Esther, Judith, Jahel. 9, Armes de Sainte Hélène, Sainte Brigitte de Suède, Sainte Elisabeth de Hongrie

> Extrait d'un recueil d'armoiries réalisée en Souabe vers 1530. Sammelband mehrerer Wappenbücher - BSB Cod.icon. 391 , Munich.

les images du manuscrit ici: http://mdzx.bib-bvb.de/codicon/Band_bsb00007681.html

10, les trois bons païens , les trois bons juifs et les trois bons chrétiens

11,les trois bonnes païennes les trois bonnes juives et les trois bonnes chrétiennes.

> Serie « Die Neun Gute Helden » et « Die Neun Gute Heldinnen » par le graveur Hans Burgkmayr. Augsburg , 1516. British Museum Londres.

Portrait de behydezell
A rejoint: 07/09/2005
Ville: Vertaw Bretagne

Livro do Armeiro-Mor / Livre du Grand Armurier

Armorial européen et portugais réalisé entre 1506 et 1509, à la demande du "Grand Armurier" Alavaro da Costa par l'enlumineur et calligraphe français Jean du Cros, attesté à la cour du Roi du Portugal Don Manuel 1er. Inspiré vraisemblablement du "Livre du Roi d'Armes" (armorial réalisé par Jean Rodriguez qui a disparu hélas lors de l'incendie suite au tremblement de terre de 1755) , ce somptueux manuscrit (41 x 31.5 cm) contient :

- folios 1 à 5v > Les figures des neuf preux avec leur blason + Du Guesclin figuré comme 10e preux ce qui atteste que les modèles de ses personnages ont été copié a partir d'un incunable imprimé a Abbeville par Pierre Gerard et Jean Dupré en 1487 " Le triomphe des neuf preux " ou l'on retrouve les 10 gravures qui ont servi de modèle.
- folios 6 à 30 > les armoiries des Rois européens et quelques armoiries imaginaires de roi d'outre-mer
- folios 30v à 34v > les figures de l'empereur d'allemagne et les 7 grands élécteurs.
- folios 35 à 41> les figures du roi de France et de ses Pairs.
- folios 42 à 116v > Armoiries de la famille royale portugaise et de la haute noblesse.
- folios 117 à 135 > blasons des lignages du Portugal on estime qu'il manque certaines familles importantes ce qui laisserait a penser que cet armorial est inachevé.
- folios 136 et 137 > deux armoiries ajoutés ultérieurement.

l'armorial est aujourd'hui conservé aux Arquivo Nacional da Torre do Tombo à Lisbonne et est en ligne ici.

Source : Feitorias. L'art au Portugal au temps des Grandes Découvertes ( 1400-1548 ): Catalogue de l´exposition d´Anvers - Europalia 1991.
Facsimilé : Livro do Armeiro-Mor (Estudo de José Calvão Borges), Lisboa, Academia Portuguesa da História-Inapa Edicoes, 2000 (réedition de l'edition en chromolitho de 1956)

Portrait de zeshadok
A rejoint: 01/01/2006
Ville: Périgueux, Dordogne, France

Ce sujet mérite de devenir un article car c'est une ressource précieuse !
Je viens de découvrir le lien http://www.e-codices.unifr.ch/fr/list/all
Excellent pour la calligraphie également !
Merci merci trois fois merci Smile

Portrait de behydezell
A rejoint: 07/09/2005
Ville: Vertaw Bretagne

Livro da Nobreza e Perfeição das Armas

Le livre de la noblesse du Portugal, manuscrit héraldique exceptionnel et de grandes dimensions a été réalisé entre 1516 et 1528 (complété jusqu'en 1541) par Antonio Godinho enlumineur et calligraphe à la cour du Portugal. Comprenant 56 folios a l'origine le manuscrit comprend un prologue enluminé dans le style de la renaissance italienne tandis que les 42 folios sur lesquels sont représentés 4 blasons, qui reprennent les principaux lignages du royaume, sont plutöt à rattacher au style gothique flamand.

l'armorial aussi conservé aux Arquivo Nacional da Torre do Tombo à Lisbonne et en ligne ici

source : Feitorias. L'art au Portugal au temps des Grandes Découvertes ( 1400-1548 ) Catalogue de l´exposition d´Anvers - Europalia 1991.

Facsimilé intégral : Livro da Nobreza e Perfeição das Armas Lisboa, Academia Portuguesa da História-Inapa Edicoes, 1988
(NDLR : superbe et j'ai pu l'acquerir pour moitié prix > http://www.edicoesinapa.pt/index.asp )

Portrait de behydezell
A rejoint: 07/09/2005
Ville: Vertaw Bretagne

Genealogia de D. Manuel Pereira 3.º Conde da Feira.

De la main d'un autre enlumineur célèbre de la cour du portugal au XVIe siecle, nous devons la généalogie de D. Manuel Pereira, 3eme comte de Feira. Il réalisa cet ouvrage en 1534 assisté par João Menelau.

Le manuscrit en ligne ici

bibliographie et facsimile : Genealogia do III Conde da Feira. Lisboa, Academia Portuguesa da História-Inapa Edicoes.

Antonio de Holanda. - Enlumineur probablement originaire des Pays-Bas, qui vint s'établir à Lisbonne sous le règne de Jean II. Antérieurement à 1495, il orna de miniatures le livre d'heures de la reine Eléonore et quelques devocionarios. Attaché à la maison du roi D. Manuel et à celle de son successeur Jean III, Antonio se maria au Portugal. De ce mariage il eut un fils, le célèbre enlumineur et peintre Francisco de Holanda qui a donné, dans ses Dialogues, sur la carrière artistique de son père, quelques renseignements trop succincts, mais intéressants. D'après lui, Antonio aurait été, au Portugal, le premier miniaturiste qui aurait exécuté ses enluminures à l'aide du noir et du blanc, c.-à-d. en clair-obscur; c'est encore Francisco qui nous apprend qu'en 1525, pendant le séjour que Charles-Quint fit à l'Alcazar de Tolède, son père fut admis auprès de l'empereur et fit son portrait, et à ce propos, le fils rapporte qu'étant lui-même à Barcelone, Charles-Quint lui avoua qu'il n'avait jamais été représenté par Titien avec autant de vérité et de ressemblance que l'avait fait en miniature son père Antonio.

Portrait de ecrilire
A rejoint: 02/02/2007
Ville: nord de lyon

comment te remercier assez pour toutes ces merveilleuses découvertes que tu partages avec nous ?

Portrait de zagriff
A rejoint: 31/05/2008
Ville: Direction Sud-Est sur la boussole suivez le mistral ...

cela mérite même un article dans la gazette !!

Portrait de behydezell
A rejoint: 07/09/2005
Ville: Vertaw Bretagne

The Portuguese Genealogy / Genealogia dos Reis de Portugal.

En 1530 l'infant Don Fernando, frère du Roi Jean III du Portugal, fit éxecuter une vaste généalogie enluminée des rois du portugal. La maison du Portugal entretenant des liens étroits avec la Flandre, le prince fit appel à l'un des plus grands miniaturistes du temps, Simon Benning. Le manuscrit qu'il réalisa avec la collaboration de Antonio de Hollanda est resté partiellement inachevé et la plus grande partie des armoiries n'a jamais été peinte. Cependant par son ampleur et sa beauté l'ensemble demeure l'un des sommets de l'art en matière de généalogie. Ce manuscrit dont chaque folio ne represente que 3 ou 4 générations a chaque fois contient l'arborescence des rois du portugal mais aussi a cause des liens étroits familliaux ceux des autres rois de la peninsule iberique. En miniatures marginales sont representés quelques scènes historiques marquantes du regne de ses souverains comme les batailles, les tournois, les pélerinages ainsi que des vues de villes. Le manuscrit est conservé à la British Library sous la côte Additional 12531 et on peut l'admirer dans la galerie de l'exposition de cette bibliothèque.

1.  2.

1.Frontispice aux armes de Don Fernando - 2.Tronc des rois de Castille

3.  4.

3 et 4.Généalogie de Alphonse III du Portugal et de la reine Isabelle

5.  6.

5 et 6.Généalogie de Alphonse Henriques et de Alphonse II

7.  8.

7. Généalogie de Navarre et d'Aragon - 8. Généalogie de Jean II (inachevé)

voir :

genealogia-d. afonso henriques

On line gallery Illuminating the Renaissance

Maison_royale_du_Portugal

http://www.artcyclopedia.com/artists/bening_simon.html

Portrait de behydezell
A rejoint: 07/09/2005
Ville: Vertaw Bretagne

9.Généalogie de la reine Dona Philippa et rattachement du tronc aux maisons de Bourgogne et d' Angleterre.

10.

Généalogie des Rois de Navarre et d'Aragon de Don Inigo Arista à Don Sancho I.

11.Généalogie des Rois de Navarre et d'Aragon de Garcia à Sancho III.

Lire :

Les plus beaux arbres généalogiques – éditions les arènes 2006

L'arbre des familles – éditions de la Martinière 2003

Illuminating the Renaissance: The Triumph of Flemish Manuscript Painting in Europe - Royal Academy of Arts, London 2003

Portrait de zeshadok
A rejoint: 01/01/2006
Ville: Périgueux, Dordogne, France

Eh Benoit, faut en faire un article pour la gazette, hein ?!!

Portrait de behydezell
A rejoint: 07/09/2005
Ville: Vertaw Bretagne

Les armoriaux allemands ou Wappenbuch

Le Scheibler’sches Wappenbuch (Bayerische Staatsbibliothek Cod.icon. 312 c) est un somptueux armorial mansucrit de la bibliothèque d’Etat de Bavière à Munich réalisé au 15ème siècle et complété au 17ème siècle. Il appartenait à la famille Freiherren von Scheibler de Hülhoven en Rhénanie.

La première partie de l’armorial comprenant 476 blasons de nobles accompagnés de leur timbre, cimier et lambrequins réalisés finement entre dans une période entre 1450 et 1480. La deuxième partie d’une facture beaucoup plus grossière et comprenant 148 armoiries datées entre le 16ème et 17ème siècle.

Cet armorial des seigneurs de langue et région germanique présente ainsi des armoiries de Bavière, Alsace, Franconie, Meissen, Pays-Bas, Autriche, Souabe, Styrie et Tyrol.

L’armorial est consultable ici > http://codicon.digitale-sammlungen.de/inventiconCod.icon.%20312%20c.html

http://commons.wikimedia.org/wiki/Scheibler_Armorial > les images sur wikipedia avec attribution de chaque blason.

Source : http://de.wikipedia.org/wiki/Scheiblersches_Wappenbuch

Portrait de behydezell
A rejoint: 07/09/2005
Ville: Vertaw Bretagne

Das Wappenbuch Conrads von Grünenberg, Ritters und Bürgers zu Constanz - BSB Cgm 145 ou armorial de Conrad Grünenberg

L’armorial est daté de 1483. Il a été compilé dans la deuxième moitié du 15ème siècle par Conrad Grünenberg dont le nom est cité pour la première fois dans le rôle des bourgeois de la ville de Constance (Konstanz) où il exerce le métier d’architecte. Il figure parmi les échevins de la ville dès 1454 puis y exerce par la suite plusieurs années durant la fonction de bourgemestre jusqu’en 1462. En 1465 il entre, avec son frère, au service de l’empereur Friedrich III. Il reçoit le titre de chevalier en 1468. Il meurt en 1494.

Liens de consultation sur Archivalia : http://archiv.twoday.net/stories/5918227/

Le manuscrit Cgm 145 numérisé en microfilm noir et blanc ainsi que la copie de 1602 numérisée en couleur.

Il existe une édition facsimile de 1875 réimprimé en 2009 > R. Graf von Stillfried-Alcantara, Ad. M. Hildebrandt (Hrsg.): Des Conrad Grünenberg, Ritters und Burgers zu Constenz, Wappenbuch. In Farbendruck neu herausgegeben. Starke, Görlitz 1875–1884, (Als Faksimile neu erschienen Fines Mundi Verlag, Saarbrücken 2009).

Quelques planches de cette édition ici : http://www.h-u-m-rueegg.li/helmzier6.htm

Source : http://www.letempsdesherauts.com/t360-armorial-de-konrad-grunenberg-1483

Portrait de Geneviève
A rejoint: 27/09/2004
Ville: Belgique (Saint-Marc)

Merci pour toutes ces informations!

Choisissez un travail que vous aimez et vous n'aurez pas à travailler un seul jour de votre vie. Confucius
www.interligne.org

Portrait de zeshadok
A rejoint: 01/01/2006
Ville: Périgueux, Dordogne, France

t'es une mine. Par contre, faut un dictionnaire quand on te lit Smile
Merci benoit ^_^

Portrait de Anonyme
l'européenne (non vérifié)
Fantastique! Un véritable travail de chercheur. Pour ma part je n'arrive pas à retrouver les armoiries exploitables de mon ancêtre Matey RICHTER alias MOCZ qui fut annobli le 28 juin 1638 par Ferdinand III de Hasbourg. L'écriture a été passée le 15/01/1639 dans le calendrier de l'état. J'ai une photocopie en noir et blanc, mais absolument illisible! Merci pour votre aide
Portrait de Tintagel
A rejoint: 02/11/2004
Ville: Province de Liège

Un immense merci pour ces merveilles, à garder précieusement...

"La calligraphie est une géométrie de l'âme qui se manifeste physiquement." Platon

Portrait de Tintagel
A rejoint: 02/11/2004
Ville: Province de Liège

Une humble et néanmoins utile ressource :

http://www.dictionnairedessymboles.fr/tag/heraldique/

"La calligraphie est une géométrie de l'âme qui se manifeste physiquement." Platon