Dieu est lumière : les bibles enluminées.

11 contributions / 0 nouveau(x)
Dernière contribution
Portrait de behydezell
A rejoint: 07/09/2005
Ville: Vertaw Bretagne
Dieu est lumière : les bibles enluminées.

La Bible d'Ottheinrich

La Bible d’Ottheinrich, premier manuscrit enluminé du Nouveau testament en allemand, réalisé vers 1430 en Bavière soit près d’un siècle avant la traduction de Luther, aurait été commandée par Ludwig VII (1368-1447), duc de Bavière-Ingolstadt et petit-fils de l’empereur Ludwig IV, pour la bibliothèque de son château gothique d’Ingolstadt.

1.Miniatures éxecutées vers 1430
XVe siècle – Bayerische Staatsbibliothek, München, Cgm 8010/1.2

Executé dans les ateliers d'enluminure de manuscrit de luxe de Ratisbonne , elle contient 42 000 lignes de texte écrites par un seul scribe, 146 miniatures, 294 lettres capitales enluminées. A l’origine au XVème siècle, cette bible était constituée d’un seul volume. La Bible d'Ottheinrich est une œuvre courtoise de grand luxe, dispendieusement embellie d'or et de coloris précieux. Il semble évident que le commanditaire original voulait déjà plus qu'un simple manuscrit de luxe et désirait posséder un ouvrage dans lequel culminait le savoir-faire des artistes les plus éminents de son époque. Les deux maîtres principaux proviennent de l'entourage de l'artiste le plus célèbre de Ratisbonne à cette époque, à savoir du maître du Portement de croix de Worcester. Connus sous l'appellation de maître de Saint Matthieu et de maître de Saint Marc, ils doivent ces noms aux évangiles peints de leurs mains dans la Bible d'Ottheinrich.

Elle sera partagée par la suite en huit volumes.


2. page et detail d'une miniature éxecutée par Matthias Gerung vers 1530.
Lot N° LO724140 - Vente Sotheby's Londres du 4 Décembre 2007.

Ottheinrich, prince électeur bibliophile du Palatinat (1502-1559), acquiert ce manuscrit en 1530 pour en faire le fleuron de sa Bibliotheca Palatina à Heidelberg, bibliothèque célèbre dans le monde entier. C'est à lui que nous devons la conservation de cette œuvre d'art éminente, monument de la langue allemande. A l'initiative d'Ottheinrich, Matthias Gerung, peintre de la renaissance, achève la décoration du manuscrit qui devient ainsi l'édition telle que nous la connaissons aujourd'hui. Ecrite dans une langue remontant aux débuts du haut allemand moderne, cette version est appréciée par le lecteur contemporain en raison de sa bonne lisibilité.

Au cours de la conquête de Heidelberg durant la guerre de trente ans, le duc Maximilien de Bavière transféra la Bible d'Ottheinrich dans la bibliothèque de la cour bavaroise d'où elle fut ravie en 1636 par des troupes suédoises qui l'emportèrent à Gotha.Cinq tomes dépecés et nouvellement reliés vers la fin du 19e siècle rentrèrent à Heidelberg par voie d'échange, alors que la bibliothèque nationale de Bavière ne raquérit qu'en 1950 les tomes comprenant les évangiles particulièrement somptueux, à savoir ceux selon Matthieu, Marc et Luc, conservés jusque-là dans une collection privée.
bible3.1190893220.jpg

Des trois d’entre eux acquis en 1950, par par la Staatsbibliothek de Munich ; Les deux premiers volumes de la Bible d'Ottheinrich, regroupés pour des raisons de conservation dans un seul tome sous la cote Cgm 8010/1.2, comprennent les évangiles selon Saint Matthieu et Saint Marc ainsi que des extraits de l'évangile selon Saint Luc. On ne peut assez estimer l'importance de ce manuscrit parmi les chefs-d'œuvre de l'art allemand. La Bible d'Ottheinrich suscite généralement le plus grand intérêt même au niveau de l'histoire des langues, puisqu'elle fut écrite près d'un siècle avant que Luther ne traduise le Nouveau Testament en allemand. Les cinq autres étaient jusqu’à présent la propriété de la fondation artistique du duc de Saxe-Cobourg-Gotha. Ils seront le clou de la vente organisée le 4 décembre à Londres par Sotheby’s

Estimation : l’équivalent de trois millions d’euros.

J'espere que la Bibliothèque de Munich aura l'intelligence et les fonds pour se porter acquéreur ! ca serait bête de ne pas rassembler un tel chef d'oeuvre ! Mais bon comme ils l'ont déjà laisser sortir d'Allemagne ,on peut peut être s'inquieter !

source et facsimile : http://www.faksimile.ch/werke/werk.php?l=f&show=2&nr=15

Detail d'une miniature : les images sont rares en plus ! Ca meriterait une édition en ligne ou alors se procurer l'édition du volume de commentaire , si elle est disponible et a un prix abordable et contient au moins la reproduction couleur de toutes les miniatures. ( Elles ne figurent pas sur le site de Münchener Digitalisierungszentrum pourtant fort bien fourni en images de hautes qualité de certains manuscrits) Quand a l'autre parti en vente chez Sotheby's j'espère qu'ils ont pris le soin de la numeriser avant qu'elle termine entre les mains egoïstes d'un collectionneur multifortuné qui la cachera dans son coffre pendant 50 ans !

bibliographie : Sotheby's Auction Catalog : The Ottheinrich Bible - London - 4 December 2007

Portrait de behydezell
A rejoint: 07/09/2005
Ville: Vertaw Bretagne

Le Codex Gigas ou "la Bible du Diable"


Le Codex Gigas (du Grec Gigas signifiant géant) est le plus grand manuscrit médiéval connu. Il a été écrit au XIIIe siècle par des bénédictins du monastère de Podlažice en Bohème et se trouve maintenant dans la Bibliothèque nationale de Suède. Deux bibliothécaires sont nécessaires pour le soulever. Il est également connu sous le nom de Bible du Diable en référence a l'illustration en pleine page du diable qu'il contient et à la légende autour de sa création

Créé au début du 13è siècle,entre 1223 et 1230 ce manuscrit sur parchemin était considéré à l'époque comme la "huitième merveille du monde", à cause de sa taille impressionnante (92 x 50,5 x 22 cm), de son épaisseur, 624 pages, et de son poids, 75 kg. "Quelque 160 ânes ont payé sa création par leur peau", selon Miroslava Hejnova, responsable des fonds historiques de la Bibliothèque nationale de Prague.

L'ouvrage est né de la main d'un seul moine, à la fois copiste, enlumineur et graphiste, au monastère de Podlazice (centre de l'actuelle République tchèque) détruit lors de guerres de religion au 15e siècle. Le manuscrit inclut l'Ancien et le Nouveau Testament, mais aussi d'autres textes de grande valeur historique, comme la "Chronica Boemorum" (Chronique des Tchèques) rédigé en latin au 12e siècle ou les écrits de l'historien Flavius Josèphe (vers 37-100).


D'après une légende, un moine qui vivait dans l'est du royaume de Bohême, dans le couvent de Podlazice, a été condamné à être emmuré vivant et pour échapper à ce supplice il a proposé d'écrire, en une seule nuit, le plus grand livre du monde. Cependant, alors que minuit approchait, il s'est rendu compte qu'il ne pourrait pas réussir à achever son travail à temps, et c'est pourquoi il a imploré le secours du diable. L'autre raison pour laquelle on appelle ce livre la Bible du diable, c'est que parmi les enluminures du manuscrit il y a vraiment l'image du diable ce qui était tout à fait inédit à l'époque.

A la fin de la Guerre de trente ans (1618-1648 ), la "Bible du Diable" avait été emportée comme butin de guerre par les troupes du général suédois Königsmark, avec d'autres objets d'art de la célèbre "Künstkammer de Prague" de l'empereur Rodolphe II de Habsbourg (1552-1612), "Ils ont pris ce qu'il y avait de plus précieux", rappelle Mme Hejnova. Ainsi, les soldats emportèrent aussi le "Codex Argenteus", composé en lettres d'argent et d'or vers l'an 750 qui se trouve aujourd'hui à Uppsala (centre de la Suède).

Depuis le 17e siècle, le "Codex Gigas" n'a quitté le territoire suédois qu'à deux reprises, pour le Metropolitan Museum de New York en 1970 et pour Berlin il y a huit ans. Le bref retour du "Codex Gigas" dans son pays d'origine a été discuté lors de la dernière visite du Premier ministre tchèque, Jiri Paroubek à Stockholm, début octobre. Il a avait alors été précisé qu'il "s'agissait d'un prêt, non d'une restitution".

A Stockholm, le "Codex Gigas" est exposé de façon à ce que les visiteurs puissent voir cette enluminure d'environ 50 centimètres de haut. "A vrai dire, il a l'air plutôt mignon et de très bonne humeur", sourit Mme Hejnova. A Prague, le manuscrit que protège une couverture de bois, sera exposé en même temps que d'autres documents liés au Moyen-Age. "Il est parfois ingrat d'exposer un manuscrit: on ne peut pas laisser tout le monde le feuilleter, il faut choisir deux pages", explique le directeur de la Bibliothèque nationale, Vlastimil Jezek qui espère au moins 50.000 visiteurs pour l'exposition. La Bibliothèque royale de Stockholm a accepté de le prêter exceptionnellement pour une exposition prévue du 20 septembre 2007 au 6 janvier 2008 dans une salle du "Clementinum", l'ancien collège de Jésuites bâti de 1653 à 1726 au coeur du vieux Prague.

Au début des années 1990, l'ex-président Vaclav Havel avait vainement évoqué avec Stockholm la possible restitution de différentes objets historiquement liés à la Bohême, selon le directeur de la Bibliothèque nationale. Et comme cette demande n'a aucun fondement juridique, "si Vaclav Havel n'a pas réussi, nul ne réussira", souligne M. Jezek. Seule consolation, la Bibliothèque nationale de Prague pourra diffuser intégralement sur son site internet une version numérisée du "Codex Gigas" actuellement réalisée par les Suédois.

Source et plus d'informations : http://www.radio.cz/fr/article/95692

le manuscrit numérisé : http://www.kb.se/codex-gigas/eng/

Portrait de behydezell
A rejoint: 07/09/2005
Ville: Vertaw Bretagne

Une image du facsimile réalisé spécialement pour l'exposition de Prague et surement pour que la Bibliothèque National de République Tchèque puisse disposer au moins d'une réplique de ce trésor.

  faksimile kroniky Codex Gigas

Par contre j'ignore si il existe en édition publique mais je le commanderai rien que pour voir comment ma petite postière va faire pour me livrer le colis !

Portrait de behydezell
A rejoint: 07/09/2005
Ville: Vertaw Bretagne

L'Evangéliaire de Mayence - Mainzer Evangeliar
Hofbibliothek Aschaffenburg, Signatur Ms. 13

Vers 1250, à l’apogée culturelle et économique de l’archevêché de Mayence, fut créé l’Evangéliaire de Mayence, sans doute l’une des œuvres les plus révélatrices de la peinture allemande du XIIIe siècle. Le commanditaire de ce superbe évangéliaire inégalé reste à ce jour inconnu. L’extraordinaire et précieuse décoration de ce manuscrit unique laisse cependant penser que le puissant archevêque de Mayence en était soit le donateur soit le destinataire. Gardé pendant des siècles dans le trésor de la cathédrale de Mayence, l’Evangéliaire de Mayence est conservé depuis 1803 dans la Hofbibliothek de Aschaffenburg.

L’Evangéliaire de Mayence réunit en un seul volume les quatre évangiles du Nouveau Testament. Pour la copie du texte complet des évangiles, on a utilisé de l’encre d’or pure comme signe de la plus haute estime. Seuls sont écrits à l’encre noire les inscriptions considérées comme non saintes des tableaux canoniques et les prologues des évangiles. En tant que codex aureus (latin : livre doré), ce précieux manuscrit se rattache à la tradition impériale des évangéliaires dorés des périodes carolingienne et ottonienne et occupe une place exceptionnelle parmi les manuscrits des XIe au XIIIe siècles.

La gothique « textura » de l’Evangéliaire de Mayence est considérée aujourd’hui comme l’écriture calligraphique la plus développée de l'ère gothique. L’intervalle régulier entre les mots et son ductus soigné fournissent une bonne lisibilité et une apparence attrayante. En outre, elle a aussi servi de modèle aux caractères d’imprimerie de Gutenberg.

Dans un cycle d’images faisant preuve de virtuosité, le maître inconnu visualise des scènes du Nouveau Testament dans 71 images individuelles, parfois des miniatures à pleine page. L’abondance des images concernant la vie de Jésus est unique pour le XIIIe siècle : Enfance, Miracles de Jésus, Passion, Mort sur la croix, Lamentation et Résurrection sont la plupart du temps représentés de façon impressionnante sur fond d’or et dans des coloris profondément éclatants. On y retrouve encore la forte influence des cycles illustrés christologiques qui ornaient les manuscrits de Reichenau et de Trèves-Echternach des Xe et XIe siècles. Les tableaux de canon et de grandes initiales ornementales s’étendant sur plusieurs lignes, ainsi plus de 300 petites initiales multicolores décorent les 100 feuillets du manuscrit au format représentatif de 353 x 270 mm.

Influencé par l’architecture et les arts plastiques gothiques naissants en France, le « Zackenstil », désigné d’après le modelé des vêtements en plis cassés et en zigzag, se répandit au XIIIe siècle dans l’enluminure allemande en tant que forme d’expression marquée du style gothique des figures. La concurrence croissante entre la sculpture statuaire et la peinture utilisées dans la construction des cathédrales au Moyen Age a certainement contribué de façon décisive au développement d’un style nouveau. Le langage des formes gothique s’enracine dans la certitude que la vérité spirituelle s’exprime par la beauté. Le graphisme parfois exagérément saccadé du «Zackenstil» s’explique par la volonté de confronter la sculpture ecclésiastique parlante à quelque chose d’équivalent. Les influences byzantines dans la représentation des personnages s’unissent avec les nouvelles impulsions venues de France pour créer une expressivité émouvante et une plasticité presque en relief.

Tel un vitrail inondé de lumière, les couleurs vives des éléments de l’image et de la décoration rayonnent sur un fond d’or éblouissant. A côté des dégradés à la douceur pastel de bleu ciel, rose, pourpre et violet, des pigments rouges, verts et bleus confèrent aux images et aux initiales un rayonnement précieux et harmonieux. Avec en tout 71 images individuelles sur 100 feuillets, 300 initiales ornées et le texte des évangiles entièrement écrit à l’or, ce codex mérite une place d’honneur parmi les manuscrits allemands du XIIIe siècle.

source : Ausstellung Mainzer Evangeliar at Gutenberg Museum

lien vidéo vers un documentaire allemand sur l'oeuvre et sa réalisation en facsimile
http://www.3sat.de/3sat.php?http://www.3sat.de/specials/110309/index.html
(cliquez sur web-tv)

Document très intéressant au niveau des images notamment ou l'on comprend mieux la complexité de la réalisation d'un facsimile integral et qui justifie un certain prix il est vrai faut le reconnaître mais tout même encore relativement excessif pour nos pauvres fortunes.

Bibliographie:
Le facsimile intégral aux éditions Faksimile Verlag
Das Mainzer Evangeliar Strahlende Bilder - Worte in Gold de Harald Wolter von dem Knesebeck, Editions Schnell und Steiner, 2007
Il s'agit du volume d'étude du manuscrit publié à l'occasion de la présentation du manuscrit à Mayence et illustré avec de nombreuses reproductions pour un prix relativement abordable.( je l'ai reçu il y a peu  )

Portrait de behydezell
A rejoint: 07/09/2005
Ville: Vertaw Bretagne

Le codex Gero - Der Gero Codex Signatur Hs. 1948 Landesbibliothek Darmstadt

Chef d'oeuvre de l'enluminure ottonienne, ce manuscrit à été réalisé par le scriptorium de l'abbaye de Reichenau , situé sur une ile du lac de constance (Allemagne). fameux centre de production de manuscrits enluminés depuis la période carolingienne. De dimension 30 x 23cm et consitutué de 178 feuilles de parchemin il a été commandité par l'archevèque de Cologne Gero en 969 et calligraphié par le scribe Anno en miniuscule caroline, et un enlumineur anonyme dit le Maître du Codex Gero , qui prend une partie de ses modèles sur L'évangeliaire de Lorsch datant de 810 . Anno est représenté sur une miniature offrant le manuscrit à Gero qui lui même le dédit à Saint Pierre saint patron de la ville sur une seconde miniature. Il egalement contient un christ en majesté les representations des évangelistes de grandes lettrines entrelacés phytomorphiques en pleine page en or et argent sur fond pourpre.

De par sa richesse et par la représentivité de la production manuscrite de cette période il a été classé parmi document d'importance majeur par l'UNESCO.(Unesco world heritage 2000)

Le manuscrit en ligne ici (cliquez sur la flêche weiter)

source : http://bibliodyssey.blogspot.com/2007/03/gero-codex.html

Portrait de behydezell
A rejoint: 07/09/2005
Ville: Vertaw Bretagne

La Bible d'Ottheinrich (suite)

Les huit volumes au total de la bible de Ottheinrich ont finalement tous été acquis par la Bayerische Staatsbibliothek de Munich. la consulation numérique intégrale est disponible ici : Die Ottheinrich-Bibel (Cgm 8010)

Une édition est disponible avec la reproduction en couleur commenté de toutes les miniatures livre paru lors de l'exposition au grand public du manuscrit. > http://www.ottheinrich-bibel.de/

bibliographie: Die Ottheinrich-Bibel Das erste illustrierte Neue Testament in deutscher Sprache. Primus Verlag 2008

images : http://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Ottheinrich-bible
source : http://de.wikipedia.org/wiki/Ottheinrich-Bibel

Portrait de Geneviève
A rejoint: 27/09/2004
Ville: Belgique (Saint-Marc)

Merci Behydezell !
Quels trésors!

Choisissez un travail que vous aimez et vous n'aurez pas à travailler un seul jour de votre vie. Confucius
www.interligne.org

Portrait de behydezell
A rejoint: 07/09/2005
Ville: Vertaw Bretagne

La Bible en rimes de Jacob van Maerlant / De Rijmbijbel van Jacob van Maerlant


La création du Monde: debut de la Rijmbijbel.

Une des Première bible en néerlandais connu est la Rijmbijbel redigé en vers en 1271 à Utrecht par Jacob van Maerlant, travail inspiré par l' Historia scholastica de Pierre le Mangeur alias Petrus Comestor († 1179). Deux versions avec des enluminures de ce manuscrit sont connu, celui de la Bibliothèque Royale de Belgique KB Brussel Ms. 15001 qui comprend 27.081 vers et celle du Musée Meermano de la Haye,enluminé en 1332 par 64 miniatures , daté et signe par l'artiste Michiel van der Borch, qui est mise en ligne ici.
[1] On-line reproductie van het handschrift Museum Meermanno 10 B 21.


Enluminure pleine page représentant la chute de Jerusalem

elle était présenté lors d'un exposition au Musée Meermano du 11 octobre 2008 au 11 juin 2009

Source et bibliographie voir ici

Portrait de behydezell
A rejoint: 07/09/2005
Ville: Vertaw Bretagne

L'évangeliaire de Spire / Evangelistar von Speyer

Ce magnifique manuscrit, chef d'oeuvre de l'enluminure rhénane, provenant du trésor de la cathédrale de Spire a été réalisé vers 1220 a Spire ou Trêves (Rhénanie-Palatinat Allemagne) et contient 17 enluminures en pleine page et 72 initiales historiées. Il a également conservé son plat de reliure en orfévrerie et émaux et d'origine et est conservé à la Badische Landesbibliothek de Karlsruhe sous la côte Codex Bruchsal 1.

source: http://www.blb-karlsruhe.de/blb/blbhtml/2006/ausstellung-handschriften.php

quelques images: http://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Evangelistar_von_Speyer

Portrait de Corail
A rejoint: 22/08/2007
Ville: Poitiers

Quelles merveilles! Grâce à toi, ma liste de favoris s'allonge de jour en jour. Mais quel dommage que tous les manuscrits ne soient pas en ligne! En tout cas, continue!!! Et merci!

Portrait de behydezell
A rejoint: 07/09/2005
Ville: Vertaw Bretagne

La Bible de Maciejowski ou Morgan Picture Bible

La Bible de Maciejowski (Pierpont Morgan Library, New York, Ms M. 638) est une bible picturale composée de 44 folios, aussi connue sous les noms de Morgan Bible of Louis IX, Book of Kings et Crusader Bible.

Longtemps les historiens considérèrent cette bible réalisée vers 1245 sous la direction de Louis IX. Plus récemment, Allison Stones, d'après les travaux de médiévistes telle François Avril, démontra qu'elle fut enluminée dans les comtés du Nord de la France aux alentours de 1250.

La version d'origine ne contenait probablement que des illustrations, par ordre chronologique des scènes de la bible. Les descriptions en latin furent ajoutées au siècle suivant . Le cardinal Bernard Maciejowski, évêque de Cracovie fit offrir ce livre au chas d'Iran Abbas Ier le Grand en 1608. Abbas commande dès lors une version à laquelle furent ajoutées des inscriptions en persan. Par la suite, peut-être au XVIIIème siècle, une version fut réalisée en judéo-persan.

Dès lors, le livre consiste en de magnifiques tableaux d'évènements des écritures hébraïques, dans des paysages et selon les us français du XIIIème siècle, d'une perspective chrétienne et entourée par des écrits en trois alphabets et cinq langues, le latin, le persan, l'arabe, le judéo-persan et l'hébreu.La Bible de Maciejowski est un chef d'œuvre d'art gothique dépeignant comment donner du sens tant à des mots qu'à des images et constitue un document inégalé dans le détail sur les costumes la vie quotidienne et l'art de la guerre au milieu du XIIIe siècle.

Deux folios sont conservés à la bibliothèque nationale de France (MS nouv. acq. lat. 2294). Un autre folio est conservé au J. Paul Getty Museum, Los Angeles (MS 16).

Liens :

Bibliographie

  • Hourihane, Colum (ed.), Between the Word and the Picture, Princeton Index of Christian Art, Princeton, 2005
  • Cockerell, Sydney C. and John Plummer (1969), Old Testament miniatures: a medieval picture book with 283 paintings from Creation to the story of David (New York: G. Braziller). Cet ouvrage contient des reproductions de l'intégralité des tableaux de la bible.
  • Noel, William and Daniel Weiss, eds. (2002), The Book of Kings: Art, War, and the Morgan Library’s Medieval Picture Bible (Baltimore: Walters Art Gallery). Il s'agit d'un catalogue d'exposition.
  • Facsimilé : La Bible des Croisades éditions Faksimile Verlag