Charte des Enlumineurs

10 contributions / 0 nouveau(x)
Dernière contribution
Portrait de Claude
A rejoint: 20/02/2004
Ville: Limony, Ardèche du nord, France
Charte des Enlumineurs

salut à tous,

Ici il y a une charte des Enlumineurs http://www.enluminure.info/

On ma dit que si on faisait de l'enluminure non traditionnel (par exemple pas de pigments naturels, etc...), et que je me faisait appeler "enlumineur" on pouvait porter plainte contre moi.

Est-ce vrai ? Et de quel droit ?

Merci d'avance.

Claude

Avant de vouloir faire la paix dans le monde, faisons la paix en soi @}->--

Portrait de Renaud
A rejoint: 02/04/2011
Ville: Est de la France

" C'est un vieux “post” mais je viens de découvrir "la charte des enlumineurs".

Charte sur laquelle ce sont basés, si je ne me trompe, ceux qui vous disaient, je cite : “ que si on faisait de l'enluminure non traditionnel (par exemple pas de pigments naturels, etc...), et que je me faisait appeler "enlumineur" on pouvait porter plainte contre moi.“
 

 

Reprenons les termes de cette charte :

 

Paragraphe 4 :

 

 

4 - L‘enlumineur s’engage à utiliser préférentiellement le parchemin (peau d’animal) pour les oeuvres vendues sous le nom d’ enluminure. Dans le cas où un autre support serait utilisé, il s’engage à le préciser très clairement auprès du client."

 

Cela signifie-t-il que l’enluminure sur papier n’est pas vraiment de l’enluminure ?

Auquel cas, les manuscrits, par exemple, du XVème/XVIème, sur papier ne sont donc pas de vrais manuscrits et les “peintres” qui les ont illustrés à l’époque ne sont pas de vrais enlumineurs… du moins, n’ont-ils pas fait mention en marge du livre que ce n’était pas du parchemin…

 

 

Paragraphe 6 :

 

6 - La mention “dorure” s’applique uniquement pour la dorure à la feuille d’or pur.
- l’or pur en poudre portera la mention “or en coquille” ou “peinture à la poudre d’or pur”
- la poudre de bronze ou d’autres métaux, la feuille de bronze ou d’autres métaux ne seront pas utilisées pour des oeuvres vendues comme ‘enluminures’, ne serait-de qu’en raison des problèmes de conservation de l’oeuvre liés à ces produits.

 

 

Il n’existe pas d’or pur (c’est à dire 24 carats) à la feuille (les signataires devraient se renseigner par exemple directement chez Dauvet.)

De plus, l’or en coquille, qui lui peut être pur (c.à.d. 24 carats) ne doit pas porter la mention « dorure » mais "or en coquille"!!!

Alors, quid de presque tous les ms du XVème fait avec de l’or en poudre ? c’est de l’or en coquille mais c'est pas de la vraie dorure ?

 

Quant aux autres assertions concernant les métaux plus vils, alors que faire de toutes les recettes pourtant traditionnelles écrites par de vrais enlumineurs (pour le coup) et qui parlent des adultérants de l’or ?

 

Paragraphe 7:

 

7 - Le mot “tempera” sera uniquement utilisé pour les pigment purs broyés à l’oeuf ou la colle organique. L’enlumineur s’engage à ne pas utiliser de peinture acrylique sur le parchemin, en raison des problèmes d’adhérence liés à ces couleurs.
Si, exceptionnellement, il utilise des tubes de gouache ou autre formule du commerce, il s’engage à le préciser explicitement au client.

 

Mais le blanc d'œuf est une colle organique !

 

Voir le Larousse par exemple :
http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/collage/17141

 

Peut-être ont-ils voulu noter "colle glucidique" ?

 

Ensuite même paragraphe : «  pour les pigments purs broyés à l’œuf » qu’est-ce qu’un pigment pur ? qui peut le définir exactement ?

 

- Veulent-ils dire sans charge ? si oui, que faire des teintures (colorant végétal + charge neutre) etc. employées pourtant dans l’enluminure traditionnelle (et en gros, de tous les autres "jus de plantes") pourtant largement utilisés par nos prédécesseurs ?

 

- Ou veulent-ils dire pigments historiques et traditionnels ? dans ce cas 95% des enluminures produites aujourd’hui ne pourraient répondre à cette règle et il est fort probable que les signataires seraient eux mêmes en contradiction avec les statuts.

 

 

« L’enlumineur s’engage à ne pas utiliser de peinture acrylique sur le parchemin, en raison des problèmes d’adhérence liés à ces couleurs. »

 Autant personnellement je n’aime ni la texture ni le rendu de l’acrylique, autant je ne comprends pas ce problème d’adhérence. Sauf bien sur si le parchemin est trop gras, mais dans ce cas même un pigment convenablement détrempé ne tiendra pas.

 

Paragraphe 8 :

 

8 - L‘enlumineur signataire de cette charte, qu’il soit artiste ou artisan, déclare être un professionnel en règle avec les lois de son pays."

 

 

P….n , ça fait un peu américain ça !

 

Pas de prisonniers pour faire de l’enluminure, Si tu n’es pas UN PUR, c’est à dire si tu n’utilises pas de feuille d’or PUR pas de pigments PURS tu retournes jouer dans ton bac à sable !!!!

Toutefois heureusement il est noté : "Elle (la charte) ne lie bien sûr que les enlumineurs signataires."

 

 

Quant à porter plainte contre vous, il n’y a pas vraiment de risques ! ne vous inquiétez pas.
En termes de métier d’enlumineur vous pouvez utiliser toutes les techniques et méthodes que vous voulez.
Ce qui est important c’est de faire du Beau même si votre beau n’est pas le même que celui des signataires de la “charte”.

 

 

Portrait de Corail
A rejoint: 22/08/2007
Ville: Poitiers

Merci Renaud pour ton grand bol d'air frais! Et zut (et là, je me retiens!) aux puristes, même si, par goût, j'aime bien utiliser les pigments et recettes traditionnelles pour leur beauté et pour mieux coller à l'histoire, mais non d'un chien, qu'on nous laisse liiiiibre!!

Portrait de Corail
A rejoint: 22/08/2007
Ville: Poitiers

Petit ajoût: par contre, qu'on précise les techniques employées lorsqu'on vend une oeuvre, c'est normal! Juste de l'honnêteté.

Portrait de Renaud
A rejoint: 02/04/2011
Ville: Est de la France

Oui, cela va de soi.

 

Toutefois, si l’on fait un parallèle avec le vin, autre matière traditionnelle.

La production des Grands Crus est souvent faite de manière biologique, voire biodynamique. Pourtant ce n’est pas cela que les viticulteurs mettent en avant !

Ce type de culture assure simplement un caractère gustatif optimum.

 

Et pour en revenir à notre sujet, c’est la beauté et la qualité du travail qui font la valeur…

pas la charte.

Portrait de Renaud
A rejoint: 02/04/2011
Ville: Est de la France

Voici la "charte" dans son ensemble actuellement sur le "web".

On trouve des produits très différents vendus sous le nom d’enluminure.
Cette charte a pour objet de définir les méthodes de travail que nous nous engageons à utiliser, conformément à la fois aux techniques traditionnelles et au respect du client. Elle ne lie bien sûr que les enlumineurs signataires.

————–

Charte des Enlumineurs

1 - Les oeuvres vendues comme “enluminures” seront exclusivement des pièces uniques, réalisées entièrement à la main selon les méthodes traditionnelles.

2 - Les oeuvres copiées sur d’autres oeuvres existantes, anciennes ou modernes,
seront vendues comme “reproductions” ou “copies” même si elles respectent l’article 1.

3 - Aucune technique de duplication ne sera utilisée pour une oeuvre vendue en tant qu’ enluminure : les photocopies, pochoirs, dessin pré-tracés, ‘brosses pompon’, etc…seront exclusivement vendus comme “reproductions”, “copies” ou “séries” et non comme “enluminures”, même si le tirage est limité, numéroté et signé.
Ceci s’applique même si seulement une partie de l’oeuvre est réalisée avec ces méthodes de duplication.

4 - L‘enlumineur s’engage à utiliser préférentiellement le parchemin (peau d’animal) pour les oeuvres vendues sous le nom d’ enluminure. Dans le cas où un autre support serait utilisé, il s’engage à le préciser très clairement auprès du client.

5 - Dans le même esprit, les oeuvres vendues comme “calligraphie” seront exclusivement manuscrites. Les calligraphies peuvent par contre être réalisées sur une grande variété de supports.

6 - La mention “dorure” s’applique uniquement pour la dorure à la feuille d’or pur.
- l’or pur en poudre portera la mention “or en coquille” ou “peinture à la poudre d’or pur”
- la poudre de bronze ou d’autres métaux, la feuille de bronze ou d’autres métaux ne seront pas utilisées pour des oeuvres vendues comme ‘enluminures’, ne serait-de qu’en raison des problèmes de conservation de l’oeuvre liés à ces produits.

7 - Le mot “tempera” sera uniquement utilisé pour les pigment purs broyés à l’oeuf ou la colle organique. L’enlumineur s’engage à ne pas utiliser de peinture acrylique sur le parchemin, en raison des problèmes d’adhérence liés à ces couleurs.
Si, exceptionnellement, il utilise des tubes de gouache ou autre formule du commerce, il s’engage à le préciser explicitement au client.

8 - L‘enlumineur signataire de cette charte, qu’il soit artiste ou artisan, déclare être un professionnel en règle avec les lois de son pays

Portrait de Corail
A rejoint: 22/08/2007
Ville: Poitiers

"Aucune technique de duplication": c'est être plus royaliste que le roi, car il me semble que les enlumineurs, en particulier à partir du XVème siècle où de grands ateliers se sont constitués, ne se gênaient pas pour utiliser poncifs, calques, formes et livres de modèles, et ils ne se posaient pas la question de savoir s'ils avaient le droit au titre d'enlumineurs ou pas! 

Portrait de Cinabre
A rejoint: 14/02/2004
Ville: Cholet

Si l'on prend "Le livre des métiers" d'étienne Boileau, écrit au 13 ème siècle, au sujet des Ymagiers-paintres.
Il est dit que si l'on n'utilise pas d'or ou d'argent, il faut le préciser au client de manière loyale.

Cela résume bien les choses et cela induit plusieurs éléments :
- Connnaitre les techniques et matérieux d'époque,
- Savoir faire oeuvre de pédagogie auprès du client,
- Etre capable de lui expliquer les raisons de la substitution (économique, toxicité, temps passé...)

Quand à la tenue de l'acryique sur parchemin, j'a commis ce crime(:-D) il y a bien longtemps pour une recette qui est affiché dans ma cuisine. Ce travail subit toutes sortes de vicissitudes (vapeur, écart de température) depuis bien des années. Le parchemin se gondole dans tous les sens et pourtant l'acrylique suit à merveille ces mouvements. Nul doute qu'une enluminure standard aurait rendu l'âme depuis longtemps.

Portrait de Dame Chlodyne de Lyon
A rejoint: 19/06/2012
Ville: Lyon

Le débat entre pratique moderne et traditionnelle concerne des peintures destinées à la vente et celles qui répondent à des commandes. Tout le monde n'est pas dans ce cas et celà supposerait que le métier d'enlumineur ne correspond qu'à cette simple activité. Que pourrait-on alors sous-entendre par donner des cours d'enluminure ? Se pose tout de suite, la notion du coût du matériel et de l'accessibilité des dits cours par monsieur tout le monde lorsque l'on parle de techniques traditionnelles. L'enlumineur s'adresse-t-il seulement à une élite ? Produit-il des oeuvres que parce qu'elles seront rentables ? 

Des manuels d'initiation à l'enluminure et autres guides de lettrines proposent la gouache et les pigments de synthèse pour réaliser des enluminures. Je crois que remis dans un esprit de pratique artistique, les enlumineurs médiévaux, s'ils avaient les moyens matériels de notre époque, peindraient sur du papier avec de la gouache surfine. Finies les longues corvées de broyage de couleurs, et autres soucis d'approvisionnement ! 

L'enluminure appartient au livre, alors que dire de toutes ces feuilles volantes, peintes ou non dans le respect de la tradition qui sont une infime partie de l'iceberg ?

Si travailler avec des techniques anciennes, or et pigments historiques apportent plus de beauté à l'oeuvre peinte, c'est en effet sur cette notion d'esthétique qu'il faut argumenter lorsque l'on peut de manière traditionnelle. En effet, le brillant de l'or et la teinte particulière des pigments peuvent ravir le client. Mais ce matériel de base traditionnel ne devrait pas suffir à lui-même. La qualité d'exécution et le rendu de la peinture sont à prendre en compte.  Je crois que faire du beau devrait en effet être le premier objectif de l'enlumineur, technicien ou non du Moyen Age. Et puis ces enluminures qui nous servent de modèles sont tellement précieuses et belles que même avec tous les moyens du monde mis à notre disposition, rares sont ceux qui peuvent les égaler. 

Personnellement, mon unique plaisir est d'avoir la chance de copier du mieux que je peux, ces modèles vieux de plus de cinq cent ans. Le patrimoine enluminé est tellement riche qu'il suffira à combler ma vie de peintre d'imageries médiévales !

Peintre d'imageries médiévales
http://www.claudinebrunon.com/
CalliPaintArt

Portrait de VeroG
A rejoint: 19/12/2013
Ville: Vernouillet (78)

- Aucune technique de duplication ne sera utilisée pour une oeuvre vendue en tant qu’ enluminure : les photocopies, pochoirs, dessin pré-tracés, ‘brosses pompon’, etc…seront exclusivement vendus comme “reproductions”, “copies” ou “séries” et non comme “enluminures”, même si le tirage est limité, numéroté et signé

Que dire de l'enluminure au cache dont le savoir -aire remonte au 14e siècle???

Je ne sais pas qui était auteur de cette charte, qui en était signataire : dans tous les cas elle semble avoir disparu de la webosphère depuis le dernier post sur le sujet. :-)