Calque ou dessin ?

17 contributions / 0 nouveau(x)
Dernière contribution
Portrait de Marc
A rejoint: 15/06/2004
Ville: Toulouse
Calque ou dessin ?

Ben ça dépend Kahlan...
Si on part du principe que l'on souhaite faire une reproduction, le calque ne fait pas plus offense à l'enluminure que ne le faisaient les poncifs à l'époque.
De toute manière, une fois que le dessin est fait il reste quand même 90% du boulot biggrin.gif

Définition du poncif

unsure.gif

Si l'on souhaite réaliser une création de toute pièce la question ne se pose pas.

C'est au choix, mais je pense qu'un débutant voit suffisament de difficulté devant lui pour ne pas lui en rajouter une

wink.gif

Portrait de behydezell
A rejoint: 07/09/2005
Ville: Vertaw Bretagne

Le calque c'est pour aussi une question de rapidité ! Si on vous demande une copie d'une enluminure , on gagne un peu de temps: 10% donc selon Marc ! Moi j'entends par calque juste le contour pour garder les mêmes proportions ! ça équivaut à réaliser une grille de dessin. Après, calquer et reporter aussi par exemple les traits du visage ou les plis des vétements, c'est un peu éxagéré et là je rejoins le point de vue de Kahlan.

Pour son plaisir personnel ,on peut réaliser aussi la copie d'une enluminure sans passer par le calque. L'important c'est de réaliser au final un travail correct:si les belles couleurs sont gachées par un dessin maladroit, autant garder le calque.

Chez un" bon" enlumineur, on ne doit pas pouvoir distinguer ce qui peut être fait à l'aide du calque : la copie, et ce qui ne l'est pas : la création ; si on reste bien sûr dans le style médiéval !

Moi j'ai fait d'abord des copies , juste le dessin, sans calque et sans grille ( je n'y avais même pas pensé !

huh.gif ) puis il m'est arrivé de recourir au calque ensuite, pour les copies, pendant la periode d'apprentissage car ce qui était important pour moi c'était surtout la peinture.

N'est ce pas Babeth , Arduinna ?

Portrait de jester
A rejoint: 26/03/2004
Ville: La Petite Pierre

La technique du "carroyer" (reproduction par quadrillage)est pas mal non plus, mais elle est plus longue que le calque qui à mon sens, alourdi le trait et ralenti la spontanéité.

Cela dépends également du travail par rapport à un texte l'on doit mettre une lettre par rapport à l'écrit. Donc Zeshad. je rajouterais en premier:
- Ecriture puis dessin d'enluminure

Centre de formation des arts du livre médiéval
http://www.enlumineur.com

Portrait de Eth Lum
A rejoint: 12/08/2005
Ville: Hautes-Pyrénées

Je passe toujours par la case "calque"!
Même si je crée le dessin, j'ai du mal à le réaliser parfaitrement du premier coup (soit directement sur le parchemin) donc je dessine je gomme, je redessine...sur du papier dessin...et quand mon dessin me plait, je le calque (et il m'arrive même de gommer un peu sur le calque pour faire une dernière rectification).

Quand à calquer les plis et les traits du visage, on peut toujours le faire pour que la main apprenne le tracé (mémoire kinestésique) car de toutes façons on perd ce tracé en peignant, il disparait sous les couches de peinture et au moment de le peindre il est devenu invisible et il faut bien le tracer au pinceau!

Portrait de Beate
A rejoint: 07/04/2005
Ville:

j'ajouterai que décalquer n'est pas forcement une étape si facile que cela et que cette opération pour bien la réussir demande d'avoir déjà une bonne observation et compréhension du dessin, ainsi qu'une maitrise du trait pour ne pas trop déformer le motif (ou l'alourdir comme le dit Jester)
à mon avis pour bien décalquer il n'est pas inutile d'avoir des notions de dessin justement, et vice-versa le décalque est un bon entrainement dans la souplesse du trait

quand je copie, je passe systhématiquement par un calque, puisque le but est, autant que possible, d'avoir une réelle fidélité à l'original.

Portrait de arca
A rejoint: 20/03/2004
Ville: Amiens/Paris

A ce propos j'avais une question, mieux vaut il faire le tracé à l'encre de Chine avant ou aprés avoir colorer l'enluminure ?

En tout cas, cela peut paraitre fastidieux, mais c'est un travail que je trouve magnifique car à chaque étape on voit le dessin prendre vie

Portrait de jester
A rejoint: 26/03/2004
Ville: La Petite Pierre

Personnellement je passe d'abord par une esquisse au crayon, puis une épure à l'encre de seiche délavée. Je repasse à l'encre noire les ors et certains contours de peinture en fin de travail.

Centre de formation des arts du livre médiéval
http://www.enlumineur.com

Portrait de calli.J.57
A rejoint: 17/10/2004
Ville: Guénange ( entre Metz et Thionville )

est-ce qu'à la place de l'encre de seiche on peut utiliser du brou de noix...?

j'aimerai commencer par une esquisse, décalquée et repassé au brou de noix et ensuite faire l'écriture et terminer en plaçant les couleurs...quest-ce que vous en pensez...?

Portrait de arduinna
A rejoint: 15/11/2005
Ville: Champagne-Ardenne

Honnêtement, je pense que la question est certes importante mais pas primordiale , je pense comme Ben : le résultat n'est-il pas le plus important finalement ?

waouh_1366.gif

Tout dépend de la façon de penser de chacun , un débutant peut commencer par le calque ou , s'il est excellent dessinateur se lancer en chute libre et ce serait l'idéal pour beaucoup d'entre nous je pense ( ? ) , mais tout le monde n'a pas ce don !!!

tongue.gif et j'en suis le premier exemple

dry.gif , je ne suis pas fan du dessin proprement dit , je préfère largement le travail au pinceau: c'est ce qui me fait vibrer , c'est pour cela que longtemps j'ai utilisé le calque ( juste pour les traits principaux sinon on risque de faire des saletés qui se mêleront à la peinture !)
et franchement je le clame :"Vive le calque!!!" car il permet à de nombreux passionnés lamentables en dessin comme moi de jouir pleinement de cet art noble biggrin.gif et le gain de temps est effectivement non négligeable, cela ne veut pas dire qu'il faut bâcler cette étape car elle gâcherait tout le travail à venir.

Portrait de Dame Chlodyne
A rejoint: 14/10/2004
Ville: Lyon-Bron
QUOTE

j'ajouterai que décalquer n'est pas forcement une étape si facile que cela et que cette opération pour bien la réussir demande d'avoir déjà une bonne observation et compréhension du dessin, ainsi qu'une maitrise du trait pour ne pas trop déformer le motif (ou l'alourdir comme le dit Jester)
à mon avis pour bien décalquer il n'est pas inutile d'avoir des notions de dessin justement, et vice-versa le décalque est un bon entrainement dans la souplesse du trait

Alors là Béate je suis tout a fait d'accord avec toi. Et d'une c pas si facile que ça d'obtenir un dessin médiéval parfait de l'image dont on se sert de modèle car il faut repassaer au moins deux fois le dessin et de deux, il ne faut pas gâcher trop les traits que l'on copie. On doit s'effacer derrière notre modèle mais y'a quand même notre vision des choses qui revient au galop.

QUOTE

:"Vive le calque!!!" car il permet à de nombreux passionnés lamentables en dessin comme moi de jouir pleinement de cet art noble  et le gain de temps est effectivement non négligeable

C'est vrai Arduina, le calque est super lorsque nos dons en dessin sont limités mais je crois surtout qu'il permet de retrouver trait pour trait le dessin initiale des enlumineurs de l'époque. En tout cas c'est comme ça que je le présente dans mon travail.

Portrait de claire
A rejoint: 15/01/2004
Ville: Toulouse

Bonsoir,

Le calque fait partie de la démarche de copiste (car l'enlumineur était un copiste, comme le calligraphe). On fabriquait le calque à partir d'un parchemin très fin et huilé. D'autre part, il y avait des cahiers de modèles (personnages, animaux, feuillages...) et les manuscrits se passaient de monastère en monastère pour être copiés... Donc pas de honte à utiliser un calque !!!

tongue.gif

Claire

Portrait de Cinabre
A rejoint: 14/02/2004
Ville: Cholet

Tiens, je ne connaissais pas la technique du parchemin huilé comme calque.

Je connaissais la technique du parchemin perforé suivant les contours que l'on saupoudrait de charbon ou d'ocre. Lorsqu'on l'enlève , un fin réseau de points permet de recréer le dessin. On appelle ce "calque" un poncif.
C'était souvent le fond de commerce du maître enlumineur et l'on retrouve des procès relatant les poursuites d'un maître envers un apprenti qui lui a volé ses poncifs biggrin.gif

On fabriquait aussi du papier calque en faisant sécher plusieurs couches de colle de parchemin.
Pour avoir essayé, c'est à la fois fin et transparent.
La plus grosse difficulté, c'est de décoller la plaque formée sans la déchirer.

sourire_dents_1354.gif

Portrait de claire
A rejoint: 15/01/2004
Ville: Toulouse

Oui, j'ai lu cette recette dans Il Libro dell'Arte mais je ne sais plus à quelle page... Je fouillerai !

Claire

Portrait de Anonyme
Anonyme (non vérifié)

Les peintres sont des paresseux, ceci est bien connu. L'utilisation du "calque"ou de systèmes de reproductions rapides remonte à la plus haute antiquité .
Au M.A. des cahiers de modèles sont utilisés dans les Ateliers. Toutefois, le peintre reste un "créateur" et sa composition lui sera propre.
En effet, s'ils ne faisaient que copier, les livres, dans une même époque, seraient tous les mêmes .
Il est préférable d'utiliser un calque si le dessin pose problème. Ceci dit, l'art du peintre reste ... La peinture, et un "enlumineur" doit être avant tout un excellant peintre
est un bon peintre connait le dessin... ou fini avec le temps par le connaitre .

Portrait de Marion
A rejoint: 18/02/2009
Ville: Marcoussis

Cinabre a écrit: Je connaissais la technique du parchemin perforé suivant les contours que l'on saupoudrait de charbon ou d'ocre. Lorsqu'on l'enlève , un fin réseau de points permet de recréer le dessin. On appelle ce "calque" un poncif.

c'est marrant, j'ai vu faire une consoeur (pas en enluminure mais en broderie) qui utilise ce système, je ne connaissais pas le nom jusqu'à maintenant, je trouve ce procédé très astucieux, je compte bien me faire quelques modèles de poncifs pour mon atelier/animation lors de nos prochaines manifestations médiévales !

Portrait de Précieuse
A rejoint: 28/01/2011
Ville:

Personnellement, ça dépend du sujet, de l'envie du moment mais aussi de l'époque de l'enluminure.

Quand je crée, je dessine (papier et/ou ordi) et après je reproduis soit à main levée, soit avec un quadrillage, soit avec un calque.
Quand je fais une adaptation ou une "reproduction libre", je fais un calque le plus précis possible au départ, puis je le modifie. Parfois j'utilise aussi la technique du quadrillage quand je veux insérer des éléments. Il m'arrive souvent de faire le plus gros, si je peux dire, ainsi et de faire à main levée les détails directement avec les pinceaux. En fait, je maîtrise mieux les pinceaux que les crayons, lol !
Quand je fait un "fac simile", ben je décalque au millimètre près et je reprends tout avec une règle!

Portrait de Palombe
A rejoint: 13/12/2012

L'avantage de la décalque directe à l'envers au graphite c'est qu'on peut l'utiliser par frottage plusieurs fois, c'est vrai.

Je me permet de remonter le sujet pour apporter une technique que j'ai apprise lors d'un cours de calligraphie : la décalque à la sanguine. c'est le même procédé que le calque au crayon, mais au lieu de noircir le dessin sur l'envers, on applique de la poudre de sanguine en frottant et en appuyant bien fort sur le calque, avant de repasser le dessin sur l'endroit. C'est moins salissant que le graphite. 

Sinon, pour avoir une décalque plus précise j'aime bien utiliser de l'encre bien fluide pour recopier le dessin sur le calque pour éviter d'en avoir partout sur les mains et utiliser une pointe/une aiguille pour transférer le dessin qui est alors d'un trait bien fin.