Plume d'oiseau : préparation

3 contributions / 0 nouveau(x)
Dernière contribution
Portrait de Anonyme
Anonyme (non vérifié)
Plume d'oiseau : préparation

Bonjour !
Je cherche les étapes de préparation de la plume, de l'oiseau jusqu'à la taille. C'est-à-dire : choix de la plume sur l'oiseau (barbe), nettoyage, technique de cuisson au sable chaud.
Merci à tous !
Bodour

Zeshadok : en attendant l'avis plus pointu (Pierrot ?), je vous renvoie déjà vers mon site...

Bodour
: quelqu'un connaît t-il la température approximative du sable ou de la cendre ? Est-ce important ? Quel type de sable doit on utiliser ? Est-ce important ? Peut-on chauffer ce sable dans un four de cuisinière moderne ? Combien de temps doit on laisser la plume à chauffer ainsi ? Comment savoir si notre plume est "bien cuite" ? Comme je suis curieuse !! Merci à tous ! P.S. : je suis enchantée d'avoir découvert ce forum, quelle bonne idée !

J'ai enfin eu un peu de temps pour effectuer mes essais de cuisson. J'ai fait chauffé du sable dans une casserole sur la cuisinière. Au moyen d'un thermomètre à bonbon, j'ai augmenté successivement la température du sable (choisi spécialement pour avoir une bonne conduction de la chaleur) à 55, 60, 70, 80 et 90 C. À chaque température, j'y ai trempé une plume d'oie sauvage pendant 10 secondes. Résultats : à 55 et 60 C, rien ne se passe. À 70 C, la pointe de la plume blanchit et durcit. À 80 C, la pointe et une partie du corps de la plume blanchissent et durcissent. À 90 C, la pointe fond et carbonise. Puis, j'ai fixé la température du sable à 80 C, qui semblait être une tempréature adéquate, et j'y ai trempé plusieurs plumes pendant respectivement 10, 15, 20, 25, 30, 35 secondes. Résultats : à 10-15-20 secondes, rien ne se passe de plus. À 25-30 secondes, la pointe et le corps de la plume durcissent davantage. À 35 secondes : la pointe fond et carbonise. Conclusion : il semble que pour des plumes d'oies sauvage de 4 à 6 mm de diamètre, la température de cuisson peut être de 80 C pour une durée de 30 secondes. Évidemment, ce résultat n'est pas valide pour des plumes plus larges. Aussi, on peut atteindre un résultat similaire en plongeant la plume pendant 3 secondes à 150 C, mais le corps ne semble pas durcir aussi efficacement. Je me demande seulement si, comme dans le film sur les livres au Moyen Âge, il ne faudrait pas augmenter davantage la température du sable et simplement "arroser" la plume avec du sable au moyen d'une cuillère ?? Ainsi, on pourrait éviter de brûler la pointe tout en consolidant davantage le corps. Reste à voir. Je vous en donne des nouvelles...

Jmcollot : Juste comme ça, on arrive maintenant au même résultat avec un bête fer à repasser, mais bon, c'est juste comme ça ^_^

Bodour : Ah oui ! Avec la vapeur ou direct sur la plume ? A quelle température (laine-tricot....)

Jmcollot : pour le fer à repasser, c'est effectivement avec la vapeur, puissance maxi, il faut faire tourner la plume à 5 millimètres du fer, sans jamais de contact direct, sinon ça cloque, et quand ta plume change de couleur, à savoir devient blanc ou jaune laiteux, c'est bon. Ah oui c'est mieux de couper le bout de la plume, et bien sûr d'enlever ce qu'il y a à l'intérieur avant de faire ça !

Bodour
: Merci à tous ! Si je comprend bien, il faut donc que la plume devienne blanche ou jaune pâle pour s'assurer de la réussite de la cuisson ? Y a t-il d'autres éléments à considérer pour savoir si la plume est bien cuite (transparence, solidité, effritement, souplesse....) ? Je vais essayer le truc du fer et celui du four. Probablement que le sable est entre 30-50 C maximum, car cela prend plusieurs heures avant de refroidir (4 à 8 heures !!!) Les plumes seraient fondues à 80 C !

Jmcollot : euh non pas jaune ou blanc pale, mais laiteux, c'est à dire que tu dois perdre de la transparence. A ce moment là ta plume devrait être bonne, mais c'est vrai que le truc du sable je connais pas, moi je me base sur mon expérience fer à repasser, je règle sur "coton lin" sur le mien, ce qui correspond au maximum.
Bon, j'ai lu que quelqu'un a ramassé des plumes, alors je rappelle que les meilleures plumes sont celles qui proviennent de la mue des oiseaux, à savoir mars ou avril selon les espèces, qu'en théorie vous devez les faire sécher pendant 3 mois et seulement après on peut les chauffer, les tailler... Bon, les 3 mois, maintenant avec nos conditions de vie moderne, je pense qu'il faut moins de temps, vue que l'on vit dans des endroits en principe secs et chauffés.

melusine : je peux donner via e-mail ce que je possède sur le sujet (8 images en tout avec des explications).
Si vous êtes allés voir sur mon site (page parcours et initiation), j'aborde le sujet car j'ai écrit à la plume d'oie une citation. C'est mon copain qui les taille, il a pris le coup maintenant mais moi je ne les fait pas chauffer ! blink.gif et ça fonctionne quand même, et il ne fait même pas l'entaille du milieu.


Eth Lum : quels oiseaux fournissent des plumes valables pour écrire?
L'oie, les grands rapaces (aigles et vautours) et puis...?
Peut-on utiliser les plumes de canards, dindes, paon...?

Edit jef : il faut que le tuyau ne soit pas trop petit. J'utilise des plumes de cormoran récoltées en bord de mer, des plumes d'oie du Gers...
Les plumes de paon femelle sont très dures. Canard c'est trop fin...

Zack : La plume d'oie pour l'écriture normale, la plume de canard* ou de dinde* pour l'écriture fine, on peut même utiliser la plume de faisan, mais bon, celle-là, il faut avouer qu'elle est encombrante! Itou pour la plume de paon que l'on trouve assez facilement ches les... fleuristes! Je me servais de toutes ces plumes pour monter des mouches (de pêche) il y a encore peu. (*) : Ces deux là, pour les tailler, il faut beaucoup de précision, vu leur finesse! Il doit être possible de faire varier les types d'écritures (et les tailles), c'est bien ce qu'ils faisaient au Moyen-Âge? Ils utilisaient aussi des plumes de gros module: aigle ou vautour par exemple.

Rochepapier : Bonjour , Bonsoir ami(es),
C'est moi votre lointaine amie du Québec , voici que j'ai trouvé plusieurs belles grosses plumes de Goéland sur le bord de la mer et j'aimerais tout comme Molière écrire avec celles-ci ? Y a t-il une méthode précise pour les tailler ? Merci beaucoup ...
Sylvie A+

Portrait de jean frederic crevon
A rejoint: 11/05/2006
Ville: Toulouse (31)
Cinabre : Bonjour !
Voici un début d'explication pour la taille des plumes
N'hésites pas à poser ensuite tes questions sur ce qui peut te paraître obscur.
Jef : comme il est indiqué dans le lien proposé par cinabre, il faut nettoyer, dégraisser et "cuire" dans le sable chaud le bout de la plume avant de la tailler. La taille elle-même est assez délicate. Voici comment je procède : déjà, la plume (propre) doit sécher naturellement pendant plusieurs mois. Ensuite j'enlève la pellicule grasse du tuyau, en raclant doucement avec un canif. Je la passe ensuite sous la flamme d'un briquet très rapidement, sans la brûler. J'enlève des poils pour augmenter la longueur de la partie nue du tuyau. Je fais chauffer sur le gaz, à feu très très très doux une casserole contenant du sable. Quand il est chaud, je plante le tuyau dans le sable pendant 1/4 d'heure. Si la plume ne cuit pas assez, elle est trop molle. Si elle est trop cuite, elle est dure mais cassante. Une fois refroidie, on peut la tailler suivant la méthode décrite par Paillasson dans l'encyclopédie Diderot (section l'art de l'écriture, rééditée en fac similé bon marché). Cette méthode est également reprise dans l'ouvrage "Calligraphie" de Médiavilla. Le mieux est de voir quelqu'un le faire avant d'essayer. Après, c'est en forgeant qu'on devient forgeron!

Cinabre : j'ai écrit des heures durant à la plume d'oie.
Et bien je n'ai jamais fait chauffer le bec de ma plume.
Par contre, je laisse tremper ma plume un bon quart d'heure dans l'encre avant de m'en servir.
Cela l'assouplit et lui permet une bonne rétention d'encre.
Et surtout, cela permet une utilisation du coin de la plume très efficace.
...
Je dois avouer aussi que toutes mes tentatives de chauffage de la plume se sont soldées par un échec !

Jef : Oui Cinabre, moi aussi je ne chauffais pas la plume. Le problème alors, c'est pour la fente car elle reste toujours écartée. Je ne faisais donc pas de fente, ce qui convient bien pour la textura par exemple. Mais pour la chancellerie, elle est nécessaire. J'ai quand même cramé quelques plumes avant d'y arriver...

Cinabre : j'ai un bon nombre de plumes, je vais refaire quelques essais de chauffe... pour voir
Juste une précision, a quelle température chauffes-tu ton sable ?

Jef : environ 65° C à 75°C, je dirais.

Portrait de Corail
A rejoint: 22/08/2007
Ville: Poitiers

Pour la "chauffe" des plumes, j'utilise mon bon vieux grille-pain des familles... si,si,si! Et çà marche très bien. Je la tiens au milieu en la faisant tourner entre les doigts et quand elle devient blanc laiteux, j'arrête.
Ceci dit, pour la taille, je peine encore un peu, en particulier pour que le bout soit plat et ne garde pas sa forme incurvé e d'origine. A ce propos, je suis allée sur le site de Zeshadok, appâtée par le fait qu'il avait fait une vidéo sur le sujet de la taille: rien ne vaut une démonstration de visu. Mais, déception, impossible d'y accéder, en tout cas, depuis mon ordi; pourtant, j'ai bien le média player dont ils parlent! J'ai d'ailleurs posté à ce sujet il y a quelque temps, mais sans doute pas au bon endroit, car je n'ai pas eu de réponse. Y-a-t'il une solution?