Caroline : laquelle ?

14 contributions / 0 nouveau(x)
Dernière contribution
Portrait de calypso
A rejoint: 15/05/2012
Caroline : laquelle ?

Bonjour,

Je viens de poster un question dans "matériel" mais j'en ai deux autres concernant la Caroline par laquelle j'ai décidé de débuter.
J'ai trouvé plusieurs ductus qui se contredisent.
Il y a la version ancienne avec le point sur le y et pas sur le i et j, le u identique au v, etc...mais c'est sur le corps que je m'interroge.
Sur le net, dont un lien trouvé ici je crois, les ascendantes sont plus grandes que le corps, genre : corps 3,5 et ascendantes 4,5 mais sur un manuel (Anne Legeay), c'est l'inverse : corps 3,5 et ascendantes 2,6 !
Qu'en est-il ? Je suis preneur pour tout ductus "chef" ou conseil sur un manuel m'indiquant la Caroline utilisée par les calligraphes.

D'autre part, quelles majuscules utiliser avec la Caroline puisqu'elle n'en possède pas je crois ? Là encore j'en ai vu des différentes, de quoi se perdre. Je ne voudrais pas passer du temps sur des formes incorrectes.

Merci

Portrait de Cinabre
A rejoint: 14/02/2004
Ville: Cholet

Dans toutes les écritures il y a toutes sortes de ductus. Il n'y a pas décriture formelle car chaque copiste apportait sa touche personnelle lors de l'écriture.
C'est notre vision typographique qui déforme notre pensée en faisant croire qu'il n'y a qu'une sorte d'écriture pour un type donné.
Les écritures tirées des manuscrits sont toutes différentes car ... manuscrites. ;-)

Portrait de Geneviève
A rejoint: 27/09/2004
Ville: Belgique (Saint-Marc)

Bonsoir Calypso,

Pour ma part, j'opte pour des hastes plus grandes... :THUMBSUP:
Je suis aussi du même avis que Cinabre : il n'existe pas une "caroline" unique ... :NO:
 

Choisissez un travail que vous aimez et vous n'aurez pas à travailler un seul jour de votre vie. Confucius
www.interligne.org

Portrait de calypso
A rejoint: 15/05/2012

Merci pour vos réponses:-)
Je remarque en effet, après recherche que les hastes sont toujours plus longues, je vais laisser tomber ce manuel.
Effectivement, à la main, l'écriture évolue et devient personnelle mais je pensais au ductus original de Tours commandé par Charlemagne !

Et pour les majuscules, vous écrivez lesquelles ?

Portrait de Tsé
A rejoint: 04/10/2006
Ville: un nom très long en ville.....en Normandie....en face de la Mer!!!!!

Bonjour Calypso! A l'époque où la Caroline était écrite, les majuscules étaient plutôt soit en onciale, soit en rustica. Mais tu peux aussi t'amuser à faire une lettrine en en agrandissant la lettre concernée et en dessinant autour. Tu dois pouvoir trouver des modèles de lettrines qui te conviendront. Sinon tu demandais pour les hastes, je les fais aussi plus longues que le corps de la lettre. Le livre de Julien Chazal qui vient de sortir pourrait peut être t'aider...va faire un tour sur son site!

Portrait de ecrilire
A rejoint: 02/02/2007
Ville: nord de lyon

majuscules en onciales, voire en capitale romaine, mais aussi GRANDES LETTRINES, va jeter un oeil sur les manuscrits du mont St Michel !

outre un alphabet "de base" pour se faire la main, je fournis toujours à mes élèves des copies de divers manuscrits dans l'écriture étudiée, pour leur montrer qu'il n'y a pas une forme figée, mais comme le dit Cinabre, des écritures manuscrites personnelles à chaque scribe. Apprendre à regarder est important !

bon travail et surtout : fais toi plaisir !

Portrait de calypso
A rejoint: 15/05/2012

Merci.
Le récent livre de Julin Chazal semble bien apprécié (avec l'histoire de l'écriture en plus), je vais voir de ce côté.

Portrait de zeshadok
A rejoint: 01/01/2006
Ville: Périgueux, Dordogne, France

C'est vrai qu'il faut relativiser sur les "modèles" proposés... A partir de traits qui caractérisent une calligraphie à peu près calée dans le temps et en font une morphologie propre, il y a autant de "modèles" différents que de copistes, et si l'on ajoute les interprétations des calligraphes contemporains dans le commerce, ça fait quelques variations ! smiley

Le mieux est de s'en tenir aux traits communs, et soit de choisir un manuscrit de référence, soit une version d'un calligraphe quia mené lui-même ces recherches pour nous ^_^.

Portrait de calypso
A rejoint: 15/05/2012

oui, pour les petites variations, OK mais ce qui m'a fait poster c'est que je croyais que la longueur des hastes (comme la massue) était une caractéristique de base de la Caroline. Donc plus court ou plus long, ça change tout. Je crois qu'il s'agit d'une erreur car tout s'accorde à ce qu'elle soit plus longue.
C'est comme si on appellerait encore  Anglaise, une Anglaise non penchée.

Portrait de calypso
A rejoint: 15/05/2012

J'ai reçu le livre de Julien : vraiment pas mal, je m'y retrouve pour cette Caroline. Ya plus qu'à bosser.
Etonnant ce cola-pen, je faisais déjà mon réchaud à alcool pour mes randos avec une canette  (P3RS) !

Portrait de jean frederic crevon
A rejoint: 11/05/2006
Ville: Montpellier (34)

On peut résumer l'évolution de cette écriture en trois grandes périodes : la caroline primitive (fin du 8° s.), la caroline à son apogée (9°-11° siècles) et ensuite la caroline tardive, qui tend elle-même à se confondre avec la gothique primitive. Dans la 1ère période, on est encore très proche de la semi-onciale latine. Les hastes ou les hampes dépassent alors du corps principal d'une hauteur approximativement égale à celui-ci. Dans la seconde période (celle de la caroline "de Tours") les dépassements ont une valeur un peu supérieure à celle du corps principal de la lettre. Enfin, dans la période tardive, les dépassement sont plus courts que le corps principal. Il ne faut pas croire que c'est Charlemagne (via le moine Alcuin) qui a "inventé" la caroline. L'écriture à son apogée est l'aboutissement d'un processus commencé bien plus tôt (voir la bible "de l'Abbé Maurdramnus" produite au monastère de Corbie, fin du 8° s.) Quand à savoir quelle version utiliser, cela dépend de l'objectif fixé. Si c'est pour travailler des bases, il vaut peut-être mieux prendre un modèle actuel cohérent, ou mieux faire un stage avec un calligraphe expérimenté. Ensuite, on peut travailler à partir de sources paléographiques en imitant très précisément le style de tel ou tel scribe. Puis éventuellement travailler à une interprétation personnelle. Mais une bonne interprétation se nourrit des sources et fait ressortir les caractéristiques de la lettre, tout en les adaptant aux instruments d'écriture actuels. Tout ceci fait partie de l'étude formelle. La caroline de Tours n'est pas si simple qu'elle ne le paraît : il y a des variations dans la pression exercée sur la plume, une légère inclinaison de la graphie, quelques subtils changements d'angle de plume (sur certains traits descendants : p, f et s long notamment).

Portrait de calypso
A rejoint: 15/05/2012

Que dire de cette réponse ? Merci ! Passionnant !
Cela explique les différences constatées. Je suis donc parti sur la période intermédiaire de Tours
J'ai commencé par la Caroline car on indiquait qu'elle était adaptée pour débuter et qu'à priori pas besoin de moduler la pression. En plus avec des Brause Bandzug, raides c'est pas facile.

Portrait de Cinabre
A rejoint: 14/02/2004
Ville: Cholet

En plus avec des Brause Bandzug, raides c'est pas facile.
C'est surement les meilleures plumes de calligraphie.
A la fois très bonnes pour débuter et suffisamment efficaces pour des techniques plus élaborées... Ce n'est pas du temps perdu que de les apprivoiser 8-)

Portrait de calypso
A rejoint: 15/05/2012

@jean frederic crevon
J'ai vu ton site : ça motive ! Un petit stage m'aurait franchement bien tenté mais un peu loin pour moi.
@Cinabre
Oui, c'est suivant les conseils lus sur divers sites que je les ai prises !